Née à Adjamé en Côte d’Ivoire, Mariam SY Diawara est fondatrice de la Maison de l’Afrique-Mandingo Inc en Amérique du Nord et aujourd’hui de l’Africa Web festival qui se tiendra à Abidjan, en Côte d’Ivoire, les 29, 30 novembre et 1er décembre 2016 sur les thématiques que sont : Agriculture, Éducation et Santé. Elle est aussi connue dans le monde de la publicité en Afrique francophone pour avoir créé le groupe de communication dénommé Groupe Univers, comprenant diverses agences de communication, d’édition, d’études et de tourisme en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina Faso. Mariam SY Diawara est par excellence, l’incarnation  de la gent féminine idéale pour l’Afrique. C’est d’ailleurs pourquoi elle demande aux femmes de prendre place dans l’éducation numérique afin d’être au centre de son avènement en Afrique.

Ces actions

Elle a représenté l’Afrique au Conseil d’Administration du Mondial de la Publicité Francophone  et a siégé au sein du Conseil d’Administration  du forum Francophone des Affaires et  de Centre de Développement Locaux du Canada. Elle est à la base de la création du premier Salon du livre africain tenu à Abidjan et a été présidente de l’association des Éditeurs en Côte d’Ivoire et en est depuis 2016 membre d’honneur à vie. Elle a créé le Salon International des loisirs et du tourisme d’Abidjan (SITLA) qui s’est tenu pour la première fois en novembre 1998. Elle est à la base des premières cartes jeunes en CI et des clubs jeunes dans les écoles. Elle a fondé Univers Jeunes, le premier journal des jeunes de Côte d’Ivoire. Elle a aussi soutenu la création de l’Association des clubs d’entrepreneurs étudiants de Côte d’Ivoire en 2000.

Mariam Sy Diawara est une philanthrope qui s’est fait connaître dans de nombreuses causes qu’elle soutient, notamment pour les jeunes en Côte d’ Ivoire et en Afrique. Elle est l’initiatrice du prix Afrikenous qui récompense la meilleure image de l’Afrique dont le premier prix a été remis lors du FESPACO.

La maison de l’Afrique fondée par elle en 2004 et qui s’est dotée de son siège en 2009 au Canada. Cet espace est un lieu pour l’intégration  des africains vivants à Montréal, les amoureux de l’Afrique, de promotion de l’Afrique. Tous les ambassadeurs de l’Afrique s’y retrouvent avec leur communauté pour montrer ce que l’Afrique a de beau.  C’est le cas de la première exposition nord-américaine sur le thème « Les dons de l’Afrique au monde », ou il a été démontré  que l’Afrique est incontestablement le berceau de l’humanité. Cette exposition fut le fruit d’une collaboration de la Maison de l’Afrique Mandingo avec le Musée Dauphinois de la ville de Grenoble, en France, et l’Institut Imagine d’Ouagadougou, au Burkina Faso.

Sa contribution à l’épanouissement de la jeunesse

Dans le milieu de l’entrepreneuriat social, elle a créé des projets jeunes pour aider cette population à se prendre en charge (revues, club jeunes, cartes jeunes, concours d’écrivains), elle a mis sur pied des librairies et des espaces pédagogiques dans le but d’aider les enseignants à mieux comprendre les outils pédagogiques et à mieux les utiliser en Côte d’Ivoire. En 2003, elle créa la Fondation de l’entrepreneuriat de Côte d’Ivoire avec le soutien de Mesdames Suzie Harvey Directrice du concours entrepreneurship du Québec et Micheline Locas, Fondatrice des clubs entrepreneurs Étudiants.

Sa vision, un rêve

Mariam Sy Diawara projette un grand projet, celui de fonder d’autres Maisons de l’Afrique aux États-Unis, au Brésil : « et le rêve c’est faire en sorte que les Africains eux-mêmes s’approprient leur histoire, les Africains qui vivent en Afrique … Car comme le dit si bien le proverbe, si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens…  Je suis convaincue qu’on a plus à donner nos matières premières que de savoir être qu’on a….mon rêve moi c’est qu’il y ait un monde meilleur et cela par le numerique. » Et son rêve se réalisa par la naissance de l’Africa Web Festival.

L’Afrique connectée au numérique

L’Africa Web Festival, le premier festival dédié à  l’Afrique et au  numérique, est une plateforme d’information, de discussion, de formation et d’échange autour du numérique. Cette plateforme est offerte à l’Afrique pour lui permettre de réussir son virage numérique. Cette réussite va de pair avec le développement de l’Afrique. Cela sous-entend que les jeunes africains n’auront plus besoin de s’exiler pour vendre leur talent. Le numérique est la tribune offerte à la jeunesse pour  montrer leur talent. Il permet aussi l’auto emploi. L’AWF est un cadre de formation, d’éducation numérique et une  aide au développement de l’industrie numérique en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier.

La jeunesse africaine s’étant approprié sans complexe des outils des nouvelles technologies, elle est placée au cœur de la vision d’AWF qui entend l’accompagner dans toutes les phases de son accomplissement : prise de conscience, apprentissage, génération de projets, organisation entrepreneuriale des initiatives, etc. AWF entend être aussi à l’affût des défis et obstacles pouvant freiner la pleine réalisation de la jeunesse africaine investie dans le domaine des TIC tout le long de l’année et y trouver des réponses.

L’assentiment du gouvernement ivoirien

« Apres avoir raté pour diverses raisons les révolutions agricole, industrielle, scientifique, etc. nos pays ne peuvent pas se permettre de rater la révolution numérique. La croissance de demain en Afrique reposera en grande partie  sur l’économie numérique à condition pour nos pays de créer dès à présent  l’écosystème, l’environnement propice,  celui qui favorise l’appropriation de technologie par le plus grand nombre.  Africa Web Festival arrive comme une heureuse  contribution à cette démarche », a fait savoir  le ministre de l’économie numérique et de la Poste et des TIC, Bruno Koné.

Africa Web Festival 2016

Le contenu et l’importante de l’Africa Web Festival aux  yeux de l’écosystème numérique  mondial est une grande victoire pour l’Afrique. L’AWF se veut le levier nécessaire pour l’Afrique pour la réussite de son virage numérique.  Certifié à la COP 21 en 2015, AWF annonce une 3e édition panafricaine ou les experts et ingénieurs de l’écosystème numérique se retrouveront pour échanger, acheter, vendre et se faire du réseautage sur les enjeux du numérique en Afrique face aux questions liées à la santé, à l’agriculture et l’éducation. Pour l’édition 2016, ce sont plus de 6 500 participants de l’Afrique, de l’Europe, de l’Amérique et de l’Asie qui sont attendus et qui participeront à : l’AWF EXPO, un grand salon exposition spécialement dédié aux offres dans les domaines de l’innovation technologique ; à l’AWF FORUM, une plateforme d’échange à travers des conférences et des ateliers animés par des experts reconnus mondialement comme de Carlos Moreno et à l‘ AWF AWARDS, un grand concours d’innovations technologiques et de productions audiovisuelles couronnés par des Prix .

Chargé de Communication

Christian GUEHI Herve

        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.