Les ambassadeurs du NEF assisteront au rassemblement mondial du NEF, dont la deuxième édition se tiendra en mars 2018 à Kigali, au Rwanda

KIGALI, Rwanda, 24 février 2017 – Le Next Einstein Forum (NEF) (http://NEF.org) lance aujourd’hui la recherche de cinquante-quatre ambassadeurs des sciences et des technologies, un champion pour chaque pays africain. Les ambassadeurs sélectionnés du NEF rejoindront la NEF Fellows Class dans le cadre de la communauté des scientifiques du NEF.

Les ambassadeurs du NEF assisteront au rassemblement mondial du NEF, dont la deuxième édition se tiendra en mars 2018 à Kigali, au Rwanda. Ils auront l’occasion de discuter avec des scientifiques émergents et de renommée mondiale, avec les leaders du secteur de la technologie, ainsi qu’avec des dirigeants industriels et politiques, lors d’un rassemblement novateur qui mettra l’accent sur la façon dont la science et la technologie peuvent résoudre les défis mondiaux, stimuler la croissance durable et accélérer le développement humain.

« L’édition 2016 du rassemblement mondial du NEF qui s’est tenue au Sénégal a été un succès retentissant, principalement parce que 60 % des participants étaient des technologues et des jeunes scientifiques émergents. En tant que membres de la communauté des scientifiques du NEF, les ambassadeurs du NEF fournissent, en plus de leur expertise grandissante dans le domaine des sciences et des technologies, un point de vue neuf et local. Ils représenteront leur pays et le continent sur la scène mondiale et favoriseront la croissance axée sur les sciences et le développement », a déclaré M. Thierry Zomahoun, Président du NEF et Président-directeur général de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS).

« Les ambassadeurs du NEF doivent habiter un pays africain, avoir moins de quarante-deux ans, avoir achevé des études supérieures dans le domaine des sciences ou des technologies, ou présenter d’importantes réalisations entrepreneuriales. Ils doivent également présenter des antécédents de leadership au sein de leur communauté, être passionnés par la promotion des sciences et des technologies et disposer d’un profil en ligne actif et suivi.

« Les ambassadeurs du NEF mènent des activités de mobilisation auprès du public local tout en développant leur propre carrière grâce aux partenariats du NEF, qui offrent des possibilités de mentorat et de collaboration avec des chercheurs confirmés « , a déclaré le Dr Youssef Travaly, directeur des programmes et du contenu du NEF.

À propos du Next Einstein Forum :

Lancé en 2013, le Next Einstein Forum (NEF), une initiative de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) en partenariat avec la Robert Bosch Stiftung, est la plateforme mondiale de l’Afrique en matière de science et de technologie. Le NEF réunit en Afrique les penseurs remarquables et les intervenants éminents du monde entier, dans le cadre de rassemblements mondiaux qui ont lieu tous les deux ans. Le premier rassemblement mondial du NEF s’était tenu en mars 2016, sous le haut patronage de S.E. Macky Sall, Président de la République du Sénégal. L’édition 2016 du rassemblement mondial du NEF a réuni plus de 1 000 participants, dont 50 % étaient âgés de moins de 42 ans et dont 40 % étaient des femmes.

Tous les deux ans, les rassemblements mondiaux du NEF présentent les meilleurs jeunes scientifiques de l’Afrique et les mettent en relation avec les dirigeants de l’Afrique et du reste du monde dans le cadre de forums médiatisés, auxquels la participation est permise uniquement sur invitation et qui touchent trois piliers : la science, la société et la politique. L’Institution du NEF dirige un programme consacré aux membres du NEF qui vise à identifier et à récompenser les scientifiques et les technologues de haut niveau en Afrique ; il s’agit d’un programme qui sélectionne 54 ambassadeurs dans le domaine des sciences et des technologies sur l’ensemble du continent (un ambassadeur par pays), et mène des analyses comparatives, ainsi que des activités de sensibilisation politique auprès du public.

Le NEF a été approuvé par la Commission de l’Union Africaine, ainsi que par l’United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO), les gouvernements du Rwanda, du Sénégal et de l’Afrique du Sud, l’Académie africaine des Sciences (AAS) et un nombre croissant de partenaires issus du secteur privé et de la société civile à travers le monde. Tous partagent le souhait de voir la communauté scientifique africaine jouer un rôle influent dans la communauté scientifique mondiale, afin d’assurer le développement humain durable en Afrique et ailleurs dans le monde.

 

Source : NEF
Mise en ligne par Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
Le 25 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.