Elles sont une quarantaine, entrepreneures de nationalité gabonaise et d’ailleurs, qui montrent leur savoir-faire à Antô business, un salon ouvert mercredi à la Maison Georges Rawiri de Libreville.

On a le sentiment que le hall de Gabon Télévision, au lieu-dit Maison Georges Rawiri de Libreville, a manqué d’espace mercredi 8 mars 2017. A l’occasion de la Journée internationale de la femme, une quarantaine de box expose au public des produits faits par des femmes entrepreneures de nationalité gabonaise et d’ailleurs résidentes dans le pays. Ces produits se recrutent dans divers domaines d’activités, notamment : l’énergie, l’agro-alimentaire, le textile, l’artisanat, le cosmétique et les services.

C’est avec émerveillement qu’après l’ouverture du salon Antô business sur l’entreprenariat des femmes, les personnalités passaient d’un stand à un autre, admirant, touchant et achetant les produits dont la qualité et le savoir-faire ne souffrent d’aucune contestation. Il y a eu les membres du gouvernement, dont la ministre de la Promotion des investissements privés, du commerce, du tourisme et de l’industrie, Mme Madeleine Berre; le ministre de la Promotion des Petites et moyennes entreprises chargé de l’entreprenariat national, Biendi Maganga Moussavou ; le ministre de l’Egalité des chances, Blaise Louembe ; la ministre de la Jeunesse et des Sports, Nicole Assele.

Il y a également eu des personnalités des organismes internationaux tels que la représente résidente de PNUD et coordinateurs du système des Nations Unies, les représentants de l’Unesco et de l’OIF ; puis l’ambassadrice des Etats-Unis. «Ce salon marque le dynamisme de notre économie, le dynamisme des acteurs de notre écosystème, qui ont décidé de se prendre en main, de créer des événements pour mettre en valeur, promouvoir leur savoir-faire et leur initiative. Au niveau du gouvernement et des administrations, nous avons la charge de leur donner les moyens pour qu’elles puissent prospérer, de faire en sorte que leur environnement soit favorable au développement de toutes ces initiatives. Je me réjouis de cet évènement qui en appelle à l’organisation d’autres événements pour voir émerger cet entreprenariat national que le chef de l’Etat appelle de ses vœux», a déclaré le ministre de la Promotion des Petites et moyennes entreprises chargé de l’entreprenariat national, Biendi Maganga Moussavou.

Quant à la coordinatrice du salon, Fréderique Eyang Beyene, «les femmes sont là où on ne les attendait pas». Et elles le seront encore plus à l’issue des trois jours du salon enrichi par des débats, des ateliers de formation. Et les plus heureuses remporteront des prix mis à la disposition des plus méritantes vendredi. Il s’agit d’un jeu concours dénommé «le startup challenger», qui va récompenser les femmes porteuses de projets. « La finale aura lieu vendredi matin et lors de la cérémonie de clôture en après-midi, trois femmes seront primées à travers un premier prix qui est le prix du meilleur projet d’entreprise. Le deuxième, c’est le prix de l’innovation ; et un troisième, c’est le prix du jury », annonce la coordinatrice, Frederique Eyang Beyene.

Source: http://news.alibreville.com/h/71140.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.