Le président rwandais, Paul Kagame, a ouvert mercredi le Sommet Transform Africa 2017 à Kigali, en appelant les pays à assurer collectivement l’accès universel à la technologie.

En ouvrant le sommet, M. Kagame a observé que la technologie est un cadre puissant pour rassembler divers acteurs afin de définir les défis et de trouver des solutions.

« Si la technologie renforce les divisions, plutôt que d’égaliser les opportunités, alors nous ne l’exploitons pas bien. L’accès à l’information technologique ne doit pas non plus distinguer les riches et les pauvres. Tant que les femmes et les filles sont en retard, nous ne sommes pas sur le bon chemin. Nous devons respecter la promesse de la technologie de relier les divisions plutôt que de les approfondir « , a-t-il déclaré.

Plus d’un quart de la population africaine (334 millions) a accès à Internet, dont la majorité des jeunes et des apprenants potentiels tout au long de la vie, selon une dernière étude réalisée par Internet Society.

Cependant, le président Kagame a déclaré que la faible connectivité en Afrique devrait être considérée comme une opportunité plutôt que comme un défi.

« Cela doit être considéré comme une opportunité pour une collaboration publique et privée plus forte. Au Rwanda, notre partenariat avec Korea Telecom a déjà permis d’accélérer nos progrès vers l’objectif de large bande. L’Afrique doit être connectée et pourquoi pas à la vitesse la plus élevée possible. Notre avenir dépend de la façon dont nous répondons à ces défis, maintenant », a-t-il indiqué.

Le dirigeant rwandais a déclaré que les dirigeants africains doivent travailler ensemble pour mettre la technologie dans les mains des citoyens afin de créer des espaces inclusifs et durables à vivre, notant que le continent devrait devenir l’un des grands centres de croissance, d’innovation et d’opportunité pour les futures générations de la planète.

Sous le thème « villes intelligentes », le sommet de trois jours a attiré des chefs d’État et des maires des villes sur le continent, ansi que des experts de la technologie de communication et d’information, et des secteurs connexes tels que l’économie numérique, l’infrastructure, les finances, la santé, l’éducation et l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.