Les startups ne sont pas des entreprises comme les autres. Nombre d’entre elles ont pour vocation de se tourner vers l’international. De plus, leurs besoins en financement sont importants. Face à ces spécificités qui caractérisent les startups, celles-ci se doivent de bénéficier d’un accompagnement particulier. Celui-ci est très différent de celui proposé par les prestataires traditionnels. Quelles sont donc les solutions vers lesquelles les startups peuvent se tourner ?

Les incubateurs

L’accompagnement d’une startup implique d’être en mesure de faire preuve de réactivité. En effet, en règle générale, les jeunes dirigeants manquent cruellement de temps. Cette réalité est d’autant plus vraie que les besoins de ces startups sont en constante évolution. Pour pallier à cette problématique, de nombreux incubateurs ont fait leur apparition.

 

Ces structures ayant pour vocation d’accueillir et d’accompagner les jeunes startups en phase de création ou au stade de démarrage. L’accompagnement peut revêtir différentes formes : analyse du business model établi par la startup, hébergement physique des collaborateurs de l’entreprise, échange d’expériences, aide à la recherche de financements, formation des fondateurs de la startup, accès à des outils spécifiques comme un « creative lab », accès au réseau relationnel du mentor, etc.

 

Dans certains cas, l’incubateur peut également apporter un soutien financier à la startup. Celui-ci concerne, par exemple, un dépôt de brevets, la prise en charge de l’étude de marché ou des avances à rembourser. Intégrer un incubateur permet à une startup d’être accompagnée par différentes personnes dont les compétences diffèrent. Ces dernières soutiennent le projet de la startup car elles croient en la capacité de ces dernières à se développer de manière pérenne.

 

Vous envisagez de rejoindre un incubateur. Au préalable au dépôt de votre candidature prenez le temps de contacter l’incubateur en question afin que celui-ci valide la faisabilité de votre projet. En effet, les critères d’intégration diffèrent en fonction des incubateurs.

 

Dès l’instant où votre projet suscite l’intérêt de l’incubateur, déposez votre candidature avant de présenter de manière exhaustive ce même projet auprès d’un panel d’experts. Quelques incubateurs proposent aux startups de bénéficier d’une forme de pré-incubation dont l’objectif vise à permettre à ces dernières de mûrir leur projet avant d’intégrer un incubateur.

Les réseaux d’entrepreneurs

Pour les jeunes pousses, il est conseillé de rejoindre des réseaux d’entrepreneurs tels que le REPAF ou le réseau des Investisseurs et Partenaires. Rejoindre ce type de structures permet de rencontrer des personnes ayant le même parcours que le vôtre.

 

Vous bénéficiez ainsi de la possibilité d’échanger sur des thématiques spécifiques et recueillir des conseils bien concrets.

Se tourner vers des dirigeants non fondateurs

Il est tout à fait possible pour un entrepreneur de bénéficier de l’expérience de professionnels n’ayant jamais, eux-mêmes, créé d’entreprise. Ce type d’accompagnement permet à une startup de bénéficier de l’expérience de ces personnes en termes de business et de développement stratégique.

Un mentor rattaché à un autre secteur d’activités que celui de la startup

En termes de benchmark, il est préférable de se tourner vers un mentor évoluant dans le même secteur d’activité que le vôtre. Néanmoins, s’appuyer sur un référent dont le domaine d’activité est différent de celui auquel vous êtes rattaché permet de bénéficier d’un regard neuf sur votre activité. La problématique principale pour la startup étant de dénicher les partenaires idéaux.

 

Pour une startup, se faire accompagner n’est pas chose simple. En effet, les fondateurs se doivent d’être en mesure de convaincre des entrepreneurs expérimentés, pédagogues et compétents de les accompagner dans le développement de leur entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.