Après son choix par la direction de Google pour diriger son premier centre d’intelligence artificielle en Afrique, voici que Moustapha Cissé (photo) revient encore dans l’actualité tech. Cette fois, le scientifique sénégalais a été désigné par la quatrième édition des Quartz Africa Innovators comme l’un des trente fils du continent les « plus ambitieux et les plus imaginatifs ». Le co-fondateur du master africain en intelligence artificielle à l’Institut africain des sciences mathématiques à Kigali, au Rwanda, a convaincu par sa détermination sans conteste pour le développement et la promotion de son domaine d’activité. L’homme né au Sénégal, avant d’y grandir, a intégré l’Université Pierre et Marie Curie en France où il décrochera son doctorat.

 

Après avoir travaillé pour la section de recherche sur l’intelligence artificielle de Facebook à Paris, Moustapha Cissé, passé également par l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, est recruté par Google qui le porte à la tête de son premier centre en intelligence artificielle en Afrique. Implanté à Accra, au Ghana, le centre en question devrait démarrer ses activités au mois de novembre prochain, si l’on en croit Monsieur Cissé avec qui nous nous sommes entretenus. Le coeur de son travail sera de voir « comment concevoir des machines fiables et intelligentes dont les comportements sont alignés sur les meilleurs valeurs de nos sociétés et qui peuvent nous aider à relever les défis les plus difficiles auxquels nous sommes confrontés », comme il l’a précisé à l’équipe du Quartz Africa Innovators.

 

En dehors de lui, on retrouve aussi le Malien Mamadou Gouro Sidibé, fondateur du réseau social basé sur la voix, Lenali. Le mérite de ce spécialiste des mathématiques et de l’informatique qui a étudié en France et en Russie est d’avoir pu mettre au point une solution adaptée à une population illettrée pour la majorité. C’est ainsi qu’il a fait recours à la voix comme principale caractéristique de l’application qui envoie et reçoit des messages en Bambara, Soninké et Wolof particulièrement. Et à l’arrivée, c’est un véritable succès pour Monsieur Sidibé et son équipe puisque Lenali, dont la dernière version permet d’étiqueter les notes et les coordonnées GPS, avec un guide d’installation verbale, a été téléchargée par plus de 40.000 personnes.

 

Des entrepreneurs issus d’autres domaines figurent aussi dans la publication. Ainsi, on y trouve l’interprète et artiste ghanéen Jojo Abo qui a « fusionné le folklore, l’histoire et l’afrofuturisme pour créer une plateforme multidisciplinaire ancrée en Afrique, mais avec une perspective mondiale », la consultante d’espaces publics Nabila Alibhai du Kenya, fondatrice du laboratoire culturel du kenya, inCOMMONS, après s’être distinguée dans plusieurs projets en Tanzanie, au Rwanda, en Afghanistan, au Pakistan et aux Etats-Unis. Au total, ce sont trente jeunes Africains que le Quartz Africa Innovators 2018 a tenu à distingué pour rendre hommage à ces entrepreneurs qui « pensent de manière innovante dans tous les domaines ».

 

Cio Mag

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

19 Partages
Partagez19
Tweetez
Partagez
+1