Dans neuf mois, la Société africaine des technologies de l’informatique (SATI) mettra sur le marché des ordinateurs portables, des smartphones, des tablettes, des décodeurs, etc. Un acte déterminant dans le développement du Sénégal et surtout, dans la réduction de la fracture numérique.

Le premier ministre sénégalais a effectué, au Technopole, la pose de la première pierre de l’usine de la Société africaine des technologies de l’Informatique.

D’après Abdoulaye THIAM, le promoteur, « la Société africaine des technologies de l’informatique (SATI) est une usine de fabrication et d’assemblage de produits informatiques, électroniques et de télécommunications. Sa conception repose sur de solides analyses du secteur, des enjeux et opportunités qu’offre le marché, des outils et mécanismes du gouvernement et enfin d’un solide plan d’affaires. »

Cette usine entre dans le cadre d’un partenariat public privé à la suite d’un besoin exprimé par le président Macky SALL. Ainsi, elle sera construite dans un espace de 30 000 mavec plus de 1000 emplois qualifiés.

Pour le Premier ministre, « Cette usine, comme le stipule son intitulé, sera articulée autour de trois composantes. La première sera la fabrication de cartes mères, la deuxième l’assemblage de matériels informatiques et la troisième, la promotion de solutions technologique innovantes. Avec une capacité de production annuelle, estimée à plus de 400 000 unités, composées d’ordinateurs, de smart Tv, de décodeurs, d’imprimantes 3D innovantes, pour les secteurs de la santé et l’éducation entre autres. »

Social Net Link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2K Partages
Partagez2K
Tweetez
Partagez
+1