Le processus de raccordement du plus grand nombre des usagers à l’internet très haut débit connait des progrès significatifs au Gabon. Une convention tripartite allant dans ce sens, réunissant le (ministère de l’Eau et de l’Energie), la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG-Veolia) et le Group Vivendi Africa (Vivendi), a été signée ce 18 août 2017 à Libreville.

Cette convention prévoit l’utilisation des infrastructures de transport d’énergie électrique pour accélérer le raccordement des usagers à l’Internet très haut débit par réseau FTTH (Fiber-To-The Home).

Dans la cadre de sa mise en œuvre, des travaux de déploiement vont débuter dans plusieurs communes et quartiers du grand Libreville. Des offres internet très haut-débit seront rapidement proposées à un grand nombre de foyers à des prix accessibles.

De manière spécifique, le réseau FTTH, encore appelé, la « fibre jusqu’au domicile », permet à l’abonné d’être directement raccordé par une fibre optique de « bout en bout » entre le nœud de raccordement optique et le lieu d’usage.

De l’avis des experts, à la différence de la paire de cuivre et des technologies ADSL, qui subissent une atténuation importante au bout de quelques kilomètres, cette technologie garanti des vitesses élevées constantes, sans affaiblissement ni perturbation électromagnétique.

La signature de cette convention fait suite à l’attribution officielle de la licence de fournisseur d’accès Internet de très haut débit FTTH, à Group Vivendi Africa Gabon, filiale de Vivendi, le 23 janvier dernier, par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP).

Et selon les termes de la convention, ce premier réseau FTTH devrait contribuer à la démocratisation de l’Internet dans les foyers et au soutien du développement économique et social. Lequel processus vise à faire du Gabon, « le pôle numérique de l’Afrique centrale ».

Le financement de la première partie du déploiement de cette technologie sera assuré par Group Vivendi Africa en fonction des termes définis dans le cahier des charges constitué par l’ARCEP.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez