Lancé en 2017 par Aldo ANAGO, Cyrille ZOUHON et Richard HASSIKA, Kabapost se veut une alternative originale aux autres moyens de transfert de colis existants. Son fonctionnement est basé sur le concept d’économie collaborative. La plateforme se veut sûre, plus rapide, moins chère et surtout hautement gratifiante pour les transporteurs de colis qui s’y inscrivent.

 

AfrikaTech: Comment as tu eu l’idée pour créer ton entreprise ?

Aldo ANAGO: Je dirai que Kabapost est né suite à nos multiples échecs d’envoi et de réception de colis urgents en provenance et à destination du Bénin. Il fallait forcément attendre qu’un ami planifie un voyage afin de faire transiter nos colis par ce dernier. Or, ce n’était pas toujours pratique pour nous en cas d’urgence ; ce qui revenait cher avec l’envoi express par les moyens existants. C’est ainsi que l’idée de KabaPost a germé, nous avons donc décidé de formaliser ce système instauré par la communauté à travers une plateforme d’envoi rapide de colis à moindre coût.

 

A.T: En quoi consiste réellement son intérêt ?

L’idée est de fédérer une communauté de confiance

Alors, dans un premier temps, l’objectif de Kabapost est d’alléger les coûts de transferts de colis. Deuxièmement, il s’agit de mettre en relation les voyageurs avec les expéditeurs, qu’ils soient en occident ou au pays à travers une plateforme collaborative pour qu’il n’y ait plus besoin de demander entre nous : « Tu connais quelqu’un qui voyage ? » ou « Tu connais quelqu’un qui vient en France ? Cette plateforme favorise la rencontre entre l’offre et la demande en termes de transport de colis.

C9wxESVWsAAD5hw

L’idée est de fédérer une communauté de confiance autour de cette plateforme ; une communauté de personnes prêtes à se rendre mutuellement service. Ceci permet en effet de rendre plus rapides les transferts et de réduire les tracasseries quant à la recherche de voyageurs surtout pour les colis urgents. Actuellement, l’utilisation de kabapost est ouverte à tous.

 

A.T: Alors on comprend que Kabapost fonctionne dans les deux sens ! Les colis peuvent être envoyés depuis l’Afrique, comme ils peuvent être envoyés depuis l’occident. Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

KabaPost est très simple d’utilisation. Les voyageurs qui s’inscrivent sur kabapost.com mettent leurs valises à disposition de ceux qui veulent envoyer des colis. En retour, ils reçoivent des commissions sur les frais forfaitaires payés par l’expéditeur.

L’inscription est totalement gratuite et se fait en quelques secondes. Si vous voyagez, il vous suffit de poster votre annonce en indiquant l’itinéraire, les dates de départ et d’arrivée, les dates limites de prise et de transmission du colis ainsi que le mode de transmission dudit colis. C’est-à-dire que le colis peut être transmis au destinataire main à main ou bien il peut transiter par l’un de nos points relais en Afrique. Ces points relais se situent actuellement au Bénin, en Côte d’Ivoire, et bientôt au Togo et dans toute la sous-région. Dans ce dernier cas, le destinataire peut venir chercher son colis au point relais où bien, un coursier disponible au point relais se charge d’aller le lui transmettre à l’adresse indiquée.

L’expéditeur quant à lui, s’inscrit également et choisit simplement son voyageur sur le site en fonction des paramètres précités. Il faut préciser que toute personne qui s’inscrit peut être voyageur aujourd’hui et expéditeur demain.

A.T: Comment KabaPost garantit-il la fiabilité de la plateforme et des personnes qui s’y inscrivent ? Avez-vous déjà eu des problèmes dans ce sens ?

Non, aucun problème à ce jour. Nous avons un système de validation de compte qui oblige toute personne inscrite à renseigner toutes les informations personnelles nécessaires, notamment les numéros de pièces d’identité (carte d’identité ou passeport entre autres) afin de générer un certificat d’engagement pour le voyageur ou l’expéditeur.

En outre, nous sommes en partenariat avec la MAIF (société française d’assurance) qui est un assureur français qui assure tous les colis à hauteur d’une valeur de 2 000 € en cas de déconvenues.

 

A.T: Peux-tu présenter ton équipe ?

Il faut dire qu’entre l’idée et la réalisation il s’est écoulé 2 ans en tout. Nous avons travaillé en tant que start-up avec une Direction Technique gérée par Cyrille ZOUHON et une Direction de Business Developpement gérée par Richard Hassika puis moi-même pour coordonner les actions des deux directions en tant que Président du projet.

 

A.T: Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en place du projet.

Depuis l’idée jusqu’à la mise en œuvre nous avons rencontré des problèmes d’ordre technique et financier auxquels nous avons fait face et nous continuons à travailler quotidienne d’arrachepied afin de proposer un service de qualité en étant plus proche des utilisateurs.

 

A.T: Quelles sont les prochaines étapes ?

Aujourd’hui, nous ne sommes qu’au début du projet ! L’objectif à long terme n’est pas sur 3 ans ni sur 2 ans, mais je peux dire que nous sommes dans les délais par rapport aux objectifs que nous nous sommes assignés. Nous enregistrons aujourd’hui environ 300 nouveaux « Kabanautes » par mois et une centaine de colis transportés chaque mois.

 

A.T: Avez-vous des concurrents et comment vous démarquez-vous d’eux ?

La concurrence existe et nous nous démarquons d’eux en mettant en place des solutions beaucoup plus adaptées à l’utilisation de notre plateforme dans tous les pays de l’Afrique. Nous voulons faire de Kabapost un moyen de transfert de colis incontournable.

 

A.T: De quoi as-tu besoin et comment AfrikaTech peut t’aider ?

À travers AfrikaTech, nous souhaitons attirer et susciter l’intérêt de plus d’internautes partout en Afrique et dans la diaspora sur notre plate-forme.

 

A.T: Quels sont les contacts de votre startup ?

Site web: https://kabapost.com/

Facebook: https://web.facebook.com/KabaPost/

Twitter: https://twitter.com/Kaba_Post

Instagram: https://www.instagram.com/kabapost/

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez