La notion d’investisseur n’est pas forcément appréhendée de la même manière en fonction de la personne avec laquelle vous échangez. Néanmoins tout le monde s’accorde à reconnaître qu’un investisseur (particulier ou personne morale) se caractérise par son apport de capital à une société sur un moyen ou long terme. Cependant, il existe différents types d’investisseurs : ceux complètement tournés vers l’aspect financier et ceux ayant vocation à s’impliquer et accompagner la start-up dans laquelle ils investissent. Quels sont donc les profils de ces investisseurs ?

L’investisseur financier ou la construction d’un portefeuille monétaire

Les investisseurs se classent en deux catégories particulières. L’investisseur financier a pour objectif d’acquérir des actions ou d’investir un capital dans une start-up dans le seul et unique but de générer un retour sur investissement positif. Celui-ci se présente sous diverses formes : récupération de l’investissement initial auquel les intérêts sont ajoutés ou obtention des dividendes d’actions possédées par l’investisseur.

Ces investisseurs financiers adoptent cette approche dans l’optique de se constituer un portefeuille diversifié et solide. Leur choix d’investissements repose sur les analyses de ces derniers quant à la solidité financière, économique et commerciale des entreprises dans lesquelles ils souhaitent investir et à la capacité des dirigeants à faire croître le chiffre d’affaires et le rendement de la société.

L’investisseur stratégique : sa vision de l’investissement

À contrario, l’investisseur stratégique ne se contente pas d’investir des fonds dans une start-up ou une opportunité tierce d’investissement. Ce type d’investisseur s’implique dans le fonctionnement de l’entreprise. De fait, sa contribution associée à son expérience permet de parvenir à un développement durable de la start-up dans laquelle l’investisseur a apporté un capital.

La démarche adoptée par un investisseur stratégique vise à faire correspondre ses compétences et son savoir-faire aux besoins de l’entreprise dans laquelle il souhaite investir dans l’unique but d’augmenter les possibilités pour les deux parties prenantes de bénéficier de cette relation.

Devenir un investisseur stratégique implique de prendre conscience que les ressources financières nécessaires à l’amorçage et au développement de la start-up sont plus élevées qu’un simple investissement financier.

Outre cet aspect purement financier, l’investissement stratégique requiert également de se mettre à disposition des équipes rattachées à l’entreprise. Ce type d’engagement ne peut en aucun cas être pris à la légère. Tant que le placement financier est détenu par la start-up, l’implication de l’investisseur stratégique doit être réelle et efficace.

Les investisseurs stratégiques, de par leur approche spécifique de la notion d’investissement, se doivent donc d’être sélectifs dans le choix de leurs investissements. Dans le cas contraire, ils risquent d’être exposés à un sentiment de frustration et de mettre en danger l’investissement financier. Ils se doivent donc de s’orienter vers des secteurs qui les attirent et pour lesquels ils disposent des compétences nécessaires. Pour avoir la garantie de faire le bon choix, ils peuvent notamment se tourner vers des Business Angels tels que Karim Goudiaby fondateur du site dédié à la colocation « Appartager.com » ou encore Tony Emulelu, banquier nigérian à l’origine d’une fondation en faveur de l’entrepreneuriat en Afrique.

Le statut d’investisseur, contrairement aux idées reçues, n’est donc pas unique. Il se définit en fonction de l’objectif que se fixe celui-ci. D’où l’importance pour les entreprises en quête d’investisseurs d’échanger avec leurs futurs actionnaires.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1