La révolution industrielle 2.0 africaine  en marche

Le concept d’Industrie 2.0 et/ou de « quatrième révolution industrielle »

Il s’agit d’une nouvelle façon d’organiser les moyens de production grâce aux technologies de pointe actuelles. L’objectif principal est la mise en place d’usines dites « intelligentes » capables d’une plus grande adaptabilité dans la production et d’une utilisation plus efficace des ressources.

On parle de « révolution industrielle » lorsqu’une société à dominante agricole et artisanale se réorganise et se développe pour devenir une société commerciale et industrielle.

Dans cet article, nous allons nous intéresser au développement et à l’amélioration de certains services proposés par les leaders de cette industrie 4.0 mais aussi par d’autres de ses acteurs moins connus du grand public.

  • Google et le service « Google street view »

Google à annoncé le lancement de son activité « Google street view » au Sénégal et au Ghana ainsi que l’élargissement de sa couverture en Ouganda (Kampala et Entebbe ne seront plus les seules villes cartographiées).

Le service « Google street view » est disponible dans 81 pays dans le monde dont 7 pays africains (Afrique du Sud, Botswana, Swaziland, Madagascar, Ouganda, Ghana et Sénégal).

  • Uber bien plus qu’un taxi

L’entreprise Uber ne se limite pas qu’au transport de personnes, afin d’être plus autonome et de proposer un service plus performant, elle s’est lancée dans la cartographie  des routes via des « véhicules cartographes ».

Uber à lancé ce projet à Johannesburg  récemment dans le but de créer des cartes adaptées à ses activités, incluant des informations précieuses comme les meilleurs lieux où déposer les utilisateurs du service, localiser les lieux où la vitesse est limitée, les zones où le trafic est généralement dense…  Ce sera la deuxième ville d’Afrique du Sud après Le Cap.

Ce projet à déjà été lancé dans 4 autres pays : Australie, Canada, Singapour et le Mexique.

En ce qui concerne les acteurs moins connus :

  • Le groupe Bamba

Il s’agit d’une entreprise spécialisée dans la collecte des données (cookies) que les consommateurs laissent lorsqu’ils font des achats en ligne. Sa spécialité est la collecte de ces données dans les pays émergents, elle a annoncé qu’elle avait pu lever environ 1,1 million de dollars lors de sa première collecte de fonds pour financer son développement sur tout le continent africain.

De nombreux investisseurs internationaux ont investi et parmi eux ont peu dire qu’il y a du beau monde : la « Silicon Valley Bank », Edward J Mathias du groupe « Carlyle », Rishi Varma PDG et fondateur d’AlphaDetail,Darshan Chandaria (PDG/CEO du groupe Chandaria Industries Group) il a investi 250 000 $ personnellement !

  • Farmdrive

Start-up permettant aux petits exploitants agricole d’améliorer le suivi de leurs revenus, elle fut créée par Rita Kimani et Peris Bosire en 2014 deux jeunes ingénieur en informatique de l’Université de Nairobi. Leur idée est venue car ils sont issus de familles ce milieu petits exploitants  ces communautés

En effet, grâce à l’application mobile Farmdrive ils peuvent plus facilement obtenir des crédits auprès d’organismes de crédits (les revenus et les dépenses des fermiers y sont relevées ce qui facilite l’analyse de solvabilité) .

Actuellement, plus de 3 000 agriculteurs utilisent l’application et un fonds de caisse virtuel (KES) de 130 000$ à été déjà été distribué sous la forme de prêts.

Le fonds de capital risque « Safaricom’s Spark Venture Fund » à racheté l’entreprise dans le but d’en élargir l’utilisation.

Notamment, en développant un maximum le système d’évaluation de solvabilité de Farmdrive afin de pouvoir attribuer plus de crédits de façon sécurisée.

 

L’Afrique est un endroit plein d’opportunités et un acteur majeur sur le marché international, à bon entendeur …

 

Informations supplémentaires

http://www.usine-digitale.fr/article/uber-a-un-plan-accelerer-sur-la-cartographie.N501604

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez