(Agence Ecofin) – Le ministre des technologies de l’information et de la communication, du courrier et des services postaux, Supa Mandiwanzira (photo), a révélé que le gouvernement a décidé que 30% de logiciels locaux seront désormais utilisés par les administrations et agences publiques, ainsi que par les entreprises privées. L’objectif est de soutenir l’innovation nationale. Cette déclaration du ministre est intervenue, au cours de la rencontre du 12 octobre 2016, avec les différents acteurs du secteur TIC local pour discuter des modalités de mise sur pied du fonds pour jeunes innovateurs TIC, d’une valeur de 25 millions de dollar US.

Selon Supa Mandiwanzira, les opérateurs de réseaux mobiles sont actuellement en train d’accroître leurs investissements pour améliorer leur réseau. Pour gérer ces réseaux et les différents secteurs de leur activité, ils utilisent des logiciels étrangers. D’après le ministre, les Zimbabwéens doivent de plus en plus être en alerte et garder à l’esprit que ces réseaux peuvent actuellement être infiltrés par des personnes établies à la Silicon Valley. D’où l’importance de consommer les logiciels locaux et d’encourager l’innovation nationale pour qu’elle atteigne une expertise de pointe comme Microsoft.

Pour le ministre des TIC, en utilisant plus de logiciels locaux, le gouvernement zimbabwéen et les entreprises privées aideront les développeurs locaux à sortir de l’ombre et à développer le marché national des logiciels

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.