La chirurgienne ophtalmologiste, inventeur et militant en faveur des droits des patients, Patricia Bath a consacré la majeure partie de sa vie à soigner les problèmes de vision de ses malades. Son invention en 1986, le laser LaserPhaco, a permis d’améliorer la précision ainsi que les résultats de la chirurgie de la cataracte.

Une élève précoce

Le docteur Patricia Bath, de parents Noirs et Amérindiens, n’est âgée que de 17 ans, lorsqu’elle est retenue pour effectuer un stage dans une université new-yorkaise. Au cours de celui-ci, elle invente une formule mathématique permettant de calculer le taux de croissance du cancer, suscitant ainsi la curiosité du monde scientifique.

 

Diplômée d’un Bachelor en Arts à 22 ans, elle intègre ensuite l’université d’Howard située à Washington pour étudier la médecine. Durant les années soixante, en qualité de stagiaire à l’hôpital de Harlem à New-york, Patricia Bath conduit une étude portant sur la cécité chez la population noire dont le taux était deux fois plus élevé que celui constaté chez les Caucasiens.

 

Elle conclut alors que cette différence s’expliquait certainement par une absence de soins ophtalmologiques pour les personnes d’origine africaine. Suite à cette constatation, Patricia Bath créé une discipline inédite « l’ophtalmologie communautaire » désormais étudiée et pratiquée dans le monde entier.

 

Patricia Bath, à l’issue de ses études, s’installe en Californie où elle occupe un poste d’enseignante à l’Université de Californie à Los Angeles. Elle obtient rapidement le poste de chef du programme de formation en ophtalmologie de deux établissements et met en place l’Institut américain pour la prévention de la cécité offrant l’accès aux soins à tous.

La genèse de son invention

Dès 1981, le docteur Patricia Bath s’intéresse au traitement de la cataracte. Il s’agit d’une ombre se situant dans la lentille de l’œil. À terme, celle-ci réduit considérablement la vision.

Patricia Bath prend l’initiative de théoriser l’utilisation d’un laser, lequel est associé à deux tubes. L’un étant destiné à l’irrigation et le second à l’aspiration. Grâce au laser, il est possible d’inciser l’œil, de vaporiser les cataractes, puis d’aspirer les débris avant d’irriguer l’œil.

Cette opération s’effectue en l’espace de quelques minutes. La technique mise en place par Patricia Bath offre un gain de temps significatif aux chirurgiens. De plus, elle permet également de limiter les risques relatifs aux actes chirurgicaux.

 

Pour y parvenir, le docteur Patricia Bath dut se rendre en Allemagne. Ce pays possédant un laser suffisamment performant pour effectuer cette opération qu’elle fit breveter sous l’appellation LaserPhaco Prob.

 

Son laser est désormais utilisé dans l’ensemble des centres modernes d’ophtalmologie. Quelques années plus tard, Patricia Bath a également fait breveter un système reposant sur les ultrasons destiné au traitement de la cataracte.

 

Désormais retraitée, Patricia Bath s’adonne toujours à ces passions, à savoir: militer pour que chaque individu puisse bénéficier d’un accès aux soins.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.