Verone Mankou, originaire du Congo, peut se vanter d’avoir fait entrer, de plain-pied, son pays dans l’univers du High Tech. La Way-C, tablette africaine inventée par Verone Mankou, est, depuis quelques années, commercialisée en Afrique. VMK, éditeur de la tablette Way-C, a conclu un accord avec Airtel dans l’optique de faciliter la distribution de l’appareil.

 

Verone Mankou : inventeur de la première tablette africaine

Malgré un assemblage à Shenghzen, en Chine, Verone Mankou peut se targuer d’être à l’origine de la première tablette africaine. À l’instar des produits Apple, la tablette est dotée de l’inscription « Engineered and designed in Congo ». Verone Mankou, à la tête de la société VMK, « réveillez-vous » en dialecte kikongo, était âgé de 25 ans lorsqu’il rencontra le succès.

 

Fils d’un ingénieur pétrolier et d’une institutrice, Verone Mankou, a étudié tout son parcours scolaire à Pointe-Noire au Congo. Actuellement, il a occupé un poste d’attaché aux nouvelles technologies au sein du Ministère des postes, des Télécommunication et des Nouvelles Technologies. De plus, il dirige également, depuis les années 2010, une entreprise spécialisée dans le conseil en technologies.

 

C’est en 2005 – 2006 que l’idée de concevoir une tablette s’est imposée à Verone Mankou. Il fallut attendre 2010 pour qu’il se lance dans l’aventure. À cette époque, l’entreprise VMK était composée de 6 personnes travaillant au Congo tout en supervisant la production réalisée en Chine. Selon Verone Mankou, les coûts liés à la recherche et au développement de la tablette Way-C se sont élevés à 85 000 000 FCFA.

 

L’objectif de Verone Mankou ? Vendre environ 10 000 tablettes par an au Congo et exporter son concept au Cameroun, au Kenya, en Côte d’Ivoire, au Gabon ou au Sénégal en s’appuyant sur des distributeurs indépendants. Bien accueilli et plébiscité pour son rapport qualité / prix, la tablette Way-C s’impose rapidement sur le marché congolais.

En 2015, la Fondation Bantuhub, créée en 2013 par Verone Mankou, lance l’initiative Tech 25 qui vise à développer la culture technologique au Congo d’ici 2025.

VMK s’impose comme principal fabricant de smartphones en Afrique Centrale

Grâce à l’accueil chaleureux des Congolais en faveur de la tablette Way-C, la notoriété de la société VMK se développe peu à peu. Désormais, elle s’oriente vers la conception et la production de smartphones. Le modèle Elikia, téléphone mobile d’entrée de gamme, est lancé sur le marché des 2012.

 

[Embed YouTube https://www.youtube.com/watch?v=o04uaU1MsqM]

 

Il ne s’agit, à cette époque, que du premier modèle d’une longue série. Un an plus tard, VMK récidive en mettant sur le marché Elikia Moké, téléphone basique mais doté de fonctions de communication très puissantes. Il devient rapidement le produit le plus recherché au Congo. La fin de l’année 2014 marque le lancement du smartphone Elikia L, modèle le plus performant de la gamme.

 

C’est en 2015 que Verone Mankou ouvre une usine d’assemblage au Congo, ce qui lui permet de positionner VMK comme leader, en Afrique Centrale, sur ce segment de marché. L’entreprise ne cesse d’innover et de proposer de nouveaux modèles de téléphones portables. De plus, elle s’efforce d’offrir aux populations africaines des produits de communication de qualité, et ce, à moindre coût.

 

Une relocalisation de la production au Congo où le succès du « Made in Africa » dans le secteur des technologies mobiles

En faisant le choix d’assurer la production de téléphones mobiles en Afrique, Verone Mankou est parvenu à prouver qu’il était possible de fabriquer des articles de qualité sur le continent. La main d’œuvre locale bénéficiant des compétences nécessaires, il n’est désormais plus utile d’exporter l’assemblage en Chine.

 

L’innovation est au cœur même de la politique de VMK. Son objectif ? Mettre à disposition des populations africaines des produits de qualité, reflétant les valeurs du continent tout en permettant d’améliorer le quotidien de ces mêmes populations.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez