Des start-up se créent dans tous les domaines : informatique, éducation, énergies renouvelables, e-services, agriculture, agro-business, santé… Plusieurs programmes phares sont mis en place pour soutenir ces initiatives.

L’économie africaine est en effervescence ! Que ce soit au Maroc, en Afrique du Sud, au Nigeria, au Sénégal… des start-up se créent dans tous les secteurs: informatique, énergies renouvelables, e-services, agriculture, agro-business, éducation, santé… Mais c’est dans le secteur des nouvelles technologies que les projets se multiplient. Selon une étude du fonds de capital-risque français Partech Ventures, les levées de fonds dans le secteur ont atteint des montants record en 2016. Au total, les sommes que les start-up IT africaines ont mobilisé pour leur financement ont atteint 366,8 millions de dollars contre 276,5 millions en 2015, soit une hausse de 33%.

Les banques marocaines engagées

N’empêche, un peu partout en Afrique et dans tous les domaines, des initiatives entrepreneuriales naissent pour contribuer au développement du continent. Des initiatives encouragées par plusieurs programmes d’accompagnement des start-up, parmi lesquels on peut citer «Welcoming diasporas», «Initiative for Africa» ou encore «African diaspora» dont l’objectif est de favoriser l’investissement de la diaspora africaine dans son continent. On peut citer également la fondation Tony Elumelu pour l’entrepreneuriat qui consacre chaque année 100 millions de dollars sur 10 ans pour financer et accompagner 10 000 start-up africaines. 

Le Maroc n’est pas en reste puisque des groupes comme Attijariwafa bank ou BMCE Bank of Africa ont lancé des offensives start-up dans plusieurs pays africains, que ce soit le programme Smart up d’Attijariwafa bank, lancé récemment ou encore l’African Entrepreneurship Award de BMCE Bank qui prévoit une enveloppe d’un million de dollars pour soutenir des projets dans les domaines de l’éducation, l’environnement…

Bref, les projets et les programmes de soutien des start-up se multiplient dans le continent. Le Nigérian Tony Elumelu, 26e fortune africaine, espère que ce mouvement favorise la transformation économique et sociale de l’Afrique et intensifie la création d’emplois.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez