L’argument justifiant le Pourquoi industrialiser l’Afrique ? ou d’un pays ? Cette pratique constitue le levier de développement le plus efficace permettant aux populations, et ce, quel que soit l’endroit où elles se trouvent, de sortir de la précarité et de disposer d’une activité génératrice de revenus. Malgré tout, le modèle d’industrialisation mis en place par un état ne peut en aucun cas être imposé aux autres pays, chacun ayant sa propre spécificité. D’où l’importance, aujourd’hui d’industrialiser l’Afrique.

L’Afrique et l’industrialisation : contexte

Le 20 novembre est consacré, chaque année, comme la date dédiée à l’industrialisation sur le continent africain. La théorie selon laquelle l’industrialisation contribue au développement d’un pays repose principalement sur la thèse émise par François Perroux, économiste français, qui estime que celle-ci entraîne inévitablement des effets positifs sur les autres secteurs d’activités.

Néanmoins, pour bénéficier d’un développement économique, encore faut-il que le pays concerné par l’industrialisation ait adopté une politique favorisant les investissements et la création d’entreprise. Il est, en effet, essentiel de garder à l’esprit que les investissements directs étrangers, contribuent à l’industrialisation.

Or l’Afrique fonctionne actuellement non pas avec un schéma d’économie d’échelle mais au contraire avec un modèle d’économie de rente. L’exploitation des ressources naturelles sur le continent africain, génératrice de revenus importants, ne profite malheureusement qu’à un microcosme d’individus, ce qui entraîne inévitablement un climat délétère et défavorable aux affaires.

La concurrence ne parvient pas à s’imposer face au monopole de grands groupes installés en Afrique depuis des générations. L’industrialisation, quant à elle, implique la création de nombreuses entreprises évoluant dans un secteur d’activité spécifique.

L’industrialisation sur le continent africain et le développement

Est-il judicieux de considérer que l’industrialisation de l’Afrique puisse contribuer à son développement ? Cette problématique est intéressante à plus d’un titre. En effet, l’industrialisation implique de disposer de ressources humaines compétentes et des capacités industrielles complémentaires entre les différents secteurs d’activité.

Aujourd’hui, il devient plus complexe, dans un monde ultra-concurrentiel, d’instaurer l’industrialisation d’un pays. Néanmoins cette pratique est une composante du développement. Or le développement vise à mettre en exergue la capacité des individus à créer de la valeur.

Or certains pays ont pris la décision de fonctionner à contre-pied. Il s’agit par exemple du Zimbabwe qui a préféré miser sur le développement de l’agriculture et non sur l’industrialisation. Malgré tout, la croissance du secteur agricole peut contribuer au développement de l’industrie agroalimentaire. Celui-ci est non seulement source de revenus (313 milliards de dollars) mais il génère également de l’emploi (70 % des individus les plus vulnérables).

Ce type de schéma peut convenir à l’Afrique qui abrite de nombreuses ressources naturelles pouvant allier industrialisation et économie classique. Puisque désormais, la mondialisation a favorisé le morcellement des process de production au niveau international, il est envisageable pour l’Afrique de  profiter d’opportunités en termes de production industrielle.

L’industrialisation en Afrique : à l’origine de la création d’emplois et le développement de nouvelles technologies

Face au déficit des infrastructures, les entrepreneurs africains se doivent de créer leurs propres infrastructures et recruter les collaborateurs ayant le profil adéquat. Or seule l’industrialisation permet de créer des emplois qualifiés nécessaires aux jeunes africains.

De plus, puisque les équipements sont quasi-inexistants, les entrepreneurs se doivent de faire preuve d’ingéniosité et de créativité. Nombre d’entre eux parviennent à faire des bonds technologiques afin de mener à bien leur activité. 

Dès l’instant où l’industrialisation est réfléchie et adaptée au contexte africain, les populations pourront en tirer des bénéfices : urbanisation maîtrisée, création d’emplois, émergence de nouvelles sociétés, etc. À terme, le développement du continent africain pourra être pérenne et profitable à chaque citoyen africain.

L’industrialisation en Afrique nécessite une réflexion. En effet, il est impossible d’appliquer le modèle d’industrialisation impliquant une planification centralisée. Chaque pays ayant ses propres caractéristiques, il est essentiel que chaque gouvernement envisage l’industrialisation en prenant compte notamment des ressources naturelles dont il dispose et des potentialités dont le pays est doté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez