Dans les rues de Bamako, des vendeurs fournissent des playlists aux utilisateurs de téléphones portables qui n’ont pas accès à Internet.

On les appelle les « téléchargeurs ». Dans le centre de Bamako, le long de la rue Fankélé Diarra, des dizaines de vendeurs « serrés les uns contre les autres », écrit le New York Times« pianotent d’écran en écran pour télécharger des titres » sur les téléphones de leurs clients.

Dans le jargon local, ils sont connus comme les « téléchargeurs » et opèrent comme une version hors-ligne de iTunes, Spotify ou Pandora, ces applications pour télécharger et écouter de la musique sur Internet. Dans le catalogue de ces marchands d’un genre nouveau, on retrouve des milliers de titres, du dernier album de Jay Z à la musique traditionnelle de la star malienne Ali Farka Touré. Les musiciens débutants qui veulent se faire une place sur la scène malienne viennent également à Fankélé Diarra pour convaincre les « téléchargeurs » de les intégrer dans leurs playlists.

Pour le client, le coût du téléchargement de titres musicaux est très faible, quelques centimes de dollars à peine par chanson. Les téléchargeurs transfèrent les titres achetés directement sur le téléphone du client ou sur une clé USB. Une fois une playlist ou un album acheté, les utilisateurs peuvent échangés des titres avec des amis qui sont à proximité via Bluetooth.

Le musicologiste américain Christopher Kirley a découvert ces pratiques lors de son premier voyage au Mali en 2009. À chaque fois qu’il interrogeait des gens pour écouter leurs chansons favorites, les Maliens sortaient leur téléphone portable pour lancer un morceau. Et lors des concerts, même phénomène. À chaque fois, « cinq gamins allumaient leur téléphone et le brandissait en l’air pour enregistrer le morceau, comme des archivistes finalement », explique t-il au New York Times.

Lu sur http://www.slateafrique.com/584961/mali-telechargeurs-humains-remplacent-spotify-itunes-musique

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez