Fatoumata Kebe, ingénieur qui met le mobile au service de l’agriculture

Boubacar Diallo

L’histoire de Fatoumata: Comment nourrir 2,4 milliards de nouveaux habitants de la planète en mettant le mobile au service de l’agriculture

Alors que le nombre d’habitants du globe augmente rapidement, nous devons repenser notre usage de l’eau si nous voulons assurer la sécurité alimentaire, préserver des écosystèmes fragiles et réduire la pauvreté à l’horizon 2050. Avec son projet CONNECTED ECO, Fatoumata Kebe, lauréate du Concours pour jeunes innovateurs lancé par ITU Telecom, attaque le problème de front.

Je suis ingénieur en aérospatiale, mais c’est un voyage au Mali en 2009 qui m’a donné l’idée du projet CONNECTED ECO – qui met le mobile au service de l’agriculture, dans l’espoir de remédier à la pénurie d’eau sur la planète et de résoudre la crise alimentaire mondiale qui nous menacent.

 

Le projet CONNECTED ECO permet de recueillir en temps réel des données sur les cultures et l’état des sols, et donc d’adapter l’agriculture aux besoins de chacun, afin d’optimiser les rendements agricoles.

Les cultivateurs reçoivent un capteur hertzien connecté mis au point par un partenaire technique et programmé pour mesurer des données essentielles, par exemple le niveau d’humidité, l’intensité de la lumière, la teneur en eau et la conductivité électrique du sol. Ces données sont ensuite transmises par liaison WiFi à une application sur smartphone – ou sur SMS pour les appareils bas de gamme – afin de donner des informations en temps réel sur les conditions existantes.

Les utilisateurs ont accès aux diagrammes et graphiques sur le “tableau de bord” de leur application, qui analyse les données sur différents périodes et compare les mesures obtenues avec celles d’une base de données sur les conditions météorologiques locales. Les cultivateurs, qui ont ainsi accès à des informations détaillées sur leurs terres, peuvent améliorer leurs techniques agronomiques, diminuer le stress subi par les cultures en raison d’un arrosage excessif, et ainsi réduire le gaspillage d’eau. Cette application leur indique par ailleurs le meilleur moment de la journée pour irriguer et le volume d’eau à employer, ce qui leur permet de trouver des solutions adaptées à leur terrain.

En automatisant le système d’irrigation, l’application sur mobile permet aussi de régler le débit de l’eau arrosant les cultures, d’où une irrigation plus efficace. Il suffit d’installer sur le système d’irrigation au goutte à goutte une soupape de régulation du débit qui fonctionne à l’énergie solaire, pour un arrosage aussi efficace que possible. L’on évite ainsi les dégâts causés aussi bien par la sécheresse que par un arrosage excessif.

Pour bénéficier des services de CONNECTED ECO, les cultivateurs doivent se connecter à une borne WiFi.

Une fois la période d’essai écoulée, le projet CONNECTED ECO sera déployé dans tout le Mali et utilisera des capteurs connectés, élaborés par un partenaire technique. A terme, il est à espérer que ce projet soit mis en oeuvre dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.

UIT

Ce projet, lauréat en 2014 du Concours d’ITU Telecom pour jeunes innovateurs, a acquis une notoriété qui aidera à en accélérer la mise en oeuvre. Nous pourrons ainsi entreprendre de résoudre le problème de la gestion de l’eau utilisée dans l’agriculture et promouvoir l’autonomisation des femmes au Mali.

Perspectives d’avenir

Cette année, j’espère mener à leur terme les essais pilotes au Mali. Au cours des cinq années à venir, j’espère que les utilisatrices du programme CONNECTED ECO pourront progresser socialement. Je ne doute pas que les femmes se verront de plus en plus reconnues comme étant des agents décisifs du développement et occuperont des postes prééminents sur les plans social, économique et politique – et je veux absolument être partie prenante dans ce processus. A long terme, j’espère que CONNECTED ECO permettra de transformer le concept d’agriculture et d’irrigation en Afrique. Ce continent, qui a le potentiel pour devenir un leader de l’agro-écologie, pourrait par conséquent devenir le grenier du monde.

A titre personnel, une fois ma thèse achevée, je souhaiterais oeuvrer à la préservation de l’environnement, dans l’espace comme sur Terre. J’espère présider un jour une organisation de défense de l’environnement, sur Terre et dans l’espace.

Progrès social

L’amélioration de la gestion de l’eau à des fins agricoles à l’horizon 2050 nécessite une approche toute en souplesse, fondée sur l’apprentissage par la pratique, comme celle de notre projet. Le modèle économique de CONNECTED ECO permet, non seulement d’aider les agriculteurs à diminuer leurs coûts tout en améliorant la productivité des sols, mais aussi de promouvoir la viabilité sociale et la réduction de la pauvreté. Les Nations Unies affirment que l’éducation des jeunes filles et des femmes pourrait être “Le moyen de briser le cycle de la pauvreté” en leur donnant les compétences nécessaires pour trouver un emploi et devenir des entrepreneurs qui génèrent de la croissance économique. L’UIT contribue à former les habitantes des pays en développement en leur dispensant des compétences cruciales en matière de TIC, dans le cadre de programmes tels que sa campagne de formation à la maîtrise des outils numériques, lancée en partenariat avec la Fondation Telecentre.org et qui a permis de former plus d’un million de femmes, leur donnant ainsi accès au marché du travail.

Avec ce projet, l’emploi de capteurs connectés et d’une application pour smartphone donne des moyens d’agir à une nouvelle génération de citoyens du numérique. Des personnes qui ne connaissent rien au développement de logiciels peuvent facilement être formées à l’utilisation de cette technologie. Notre modèle vise à former les femmes membres de coopératives agricoles à l’utilisation de la technologie CONNECTED ECO, à améliorer leurs connaissances de base en informatique et à leur donner les moyens d’obtenir de meilleurs résultats dans leurs activités agricoles. Le modèle CONNECTED ECO a donc aussi une vocation sociale: il sert à intégrer les personnes marginalisées sur le marché du travail, contribuant ainsi à la lutte contre la pauvreté dans le monde.

J’organiserai des séances spéciales de formation et de travail au niveau local pour que les femmes puissent enseigner à d’autres femmes, contribuant ainsi au renforcement des capacités, dans une optique de durabilité et d’autosuffisance. J’ai déjà repéré une coopérative de femmes à Kati, au Mali, dont les membres pourraient être formés à l’utilisation de nos appareils connectés.

Prochaines étapes

Nous sommes en phase finale de recherche-développement, mais nous avons déjà repéré une ferme agro-écologique au Mali qui pourrait tester et améliorer les capacités du projet CONNECTED ECO.

Plus d’infos sur http://itu150.org/story/february-fr/

[frontpage_news widget="12479" name="ARTICLES SIMILAIRES"]

Cliquez ici pour embaucher des freelances en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez