Investir dans une start-up peut, en cas de plus-value, rapporter gros au moment de la revente. Cependant l’investissement dans une start-up ne s’effectue pas à la légère. Il est essentiel de respecter quatre règles d’or pour garantir votre entrée au capital dans votre première start-up. Nous vous proposons de découvrir la démarche à suivre pour sécuriser votre investissement.

1.    Investir dans un secteur d’activité que vous connaissez

Malgré les nombreuses opportunités attrayantes qui s’offrent à vous, il est conseillé d’investir dans un secteur d’activité que vous connaissez et dont vous maîtrisez les rouages. Se lancer dans un domaine très éloigné de vos compétences constitue une démarche contre-productive.

 

L’investissement dans une start-up nécessite de comprendre et de maîtriser cet univers bien spécifique sur lequel vous pariez. Vous abordez ainsi votre investissement de manière sereine et raisonnée. Certains business angels se laissent, à tort, séduire par les fondateurs d’une start-up sous prétexte que leur pitch semble bien construit. Néanmoins, il s’agit bien souvent d’une erreur.

 

Au contraire, vous devez impérativement analyser la start-up en toute objectivité et vous interroger sur différents points : « quelles sont les problématiques et les opportunités offertes par ce marché. Quelle est la valeur ajoutée du produit distribué par la start-up ? De quelle manière celle-ci envisage-t-elle de conquérir ce segment de marché ? ».

2.    Une équipe associée à un projet

Le projet élaboré par la start-up ne constitue qu’une partie d’un ensemble. Il est important de connaître mais également de se fier aux compétences de l’équipe impliquée. Cette dernière se doit donc d’être capable de mettre en œuvre l’idée.

 

En effet, lorsqu’une start-up démarre son activité, à l’exception de l’équipe, son environnement est hypothétique. Outre la maîtrise technique, la jeune entreprise doit également posséder les compétences commerciales nécessaires. Cet équilibre technique / commercial importe plus que le côté novateur du projet porté par la start-up.

 

Votre objectif est de vous assurer que la start-up est en mesure de mener un projet à son terme. Outre une équipe sur laquelle vous pouvez vous reposer, il convient de s’assurer d’être dans le bon timing. Quels que soient la compétence et le professionnalisme de l’équipe, lancer trop tard ou trop tôt un produit sur le marché se soldera par un échec.

3.    Diversifier son investissement

Investir une partie de votre fortune dans plusieurs start-ups prometteuses ne vous garantit pas le succès. Il en est de même d’investir dans une seule et même start-up. Gardez à l’esprit que 50 % d’entre elles feront faillite.

 

Le conseil à suivre ? Investir des montants moindres mais dans davantage d’entreprises. En procédant ainsi, vous lissez les risques. Vous pouvez même opter pour 10 lignes d’investissement. L’idée sous-jacente étant de compenser les pertes d’une start-up par les bénéfices d’une autre.

 

Les montants à injecter varient en fonction de vos capacités financières, de votre goût pour le risque et des projets qui vous sont présentés. L’investissement dans une start-up early stage est certes moins onéreux cependant il est plus sûr d’augmenter le capital d’une start-up ayant deux ou trois ans d’existence.

4.    Les règles entre actionnaires à définir

Indépendamment des statuts à élaborer, l’établissement d’un pacte entre les différents actionnaires s’impose. Il est important de se projeter dans le futur. De nombreuses questions doivent être soulevées et résolues avant d’investir. Celles-ci concernent notamment les modalités de sortie (totale, partielle, individuelle), les procédures liées à la vente de la start-up, le cas échéant.

 

Dès l’instant où plusieurs investisseurs sont partie prenante du capital de la start-up, il est recommandé de choisir un leader (le plus compétent par exemple) pour une communication cohérente. Les actionnaires ne doivent pas se tenir éloigné trop longtemps de la start-up, les choses bougent très vite, ni être omniprésents au risque de freiner l’avancement du projet.

À l’instar de la Banque Mondiale et son initiative XL Africa, les investisseurs publics ou privés ont pris conscience depuis quelques années du potentiel des start-ups comme levier économique et technologique.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez