Initiative de la ministre des Petites et moyennes entreprises et de l’artisanat, Yvonne Adélaïde Mougany qui en a fait la proposition lors du forum de Libreville, l’organisation future de cette réunion aura pour objectif de discuter de l’avenir des négociations commerciales multilatérales (Cycle de Doha), prélude à la réunion de l’Organisation mondiale du commerce prévue au Kenya.

Tenant compte des recommandations de Libreville, les représentants des États, du secteur privé et la société civile des États-Unis et d’Afrique entendent œuvrer ensemble pour leur mise en application. Aussi, afin de tirer un bénéfice maximal des opportunités qu’offre l’AGOA 2, il a été retenu l’élaboration par chaque pays, puis au niveau des communautés  économiques régionales (Cemac, Ceeac, Uemoa, Sadc), des stratégies intégrées dans les plans de développement nationaux et des programmes économiques régionaux.

De même, il a été préconisé la mise en place d’un programme spécial en faveur de l’entrepreneuriat féminin sous l’appellation d’African women’s entrepreneurish program (AWEP). En effet,  organisées sous le thème : « AGOA 15 ans après, pérennisation du partenariat durable entre les USA et l’Afrique en matière de commerce et d’investissement », les  assises de Libreville avaient pour but la mise en place d’un système de préférences, en vue de soutenir les échanges commerciaux et les économies de trente-neuf États sub-sahariens dont la République du Congo. L’objectif étant de faciliter à ces pays un accès au marché américain, selon les principes de l’économie de marché, de la bonne gouvernance et du respect des droits humains.

Principal pilier de la coopération économique et commerciale entre les États-Unis et l’Afrique sub-saharienne, la loi AGOA promulguée par le congrès américain en mai 2000, sous l’égide du président Bill Cliton, bénéficie d’une prorogation de dix ans après adoption, en juin 2015 par le congrès américain, de l’AGOA.

Lu sur : http://adiac-congo.com/content/entrepreneuriat-brazzaville-veut-donner-le-ton-lintegration-des-strategies-nationales-en

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez