Le développeur de logiciels norvégien Opera Software s’est lancé un défi de taille : connecter tous les pays d’Afrique ou presque à Internet. Pour réussir ce challenge, le groupe a annoncé avoir mobilisé un fonds d’investissement de 100 millions de dollars qui sera utilisé pour développer et moderniser l’économie numérique sur tout le continent africain dans le cadre d’un programme qui durera deux ans.

«L’Afrique est un marché très important pour Opera. Neuf sur 20 pays utilisant le plus Opera Mini (navigateur mobile) se retrouvent en Afrique… Nous désirons investir massivement sur le continent, y développer une plateforme locale et nouer des partenariats avec les entreprises locales. Cette plateforme permettra d’élargir la base d’utilisateurs des fournisseurs de contenus, des entreprises spécialisées dans le e-commerce, des opérateurs, des fabricants d’équipements d’origine (OEM) et autres, en vue de booster l’écosystème internet africain », explique le vice-président d’Opera Software Afrique, Richard Monday dans un communiqué.

Pour ce qui est de la répartition de cette enveloppe, Opéra mise particulièrement sur le Nigéria, l’un des plus grands marchés  de la téléphonie mobile du continent avec 95 millions d’abonnés à Internet via le mobile. Le pays se taille la part du lion en se voyant alloué 40 millions de dollars sur les 100 à investir. Selon le groupe norvégien, ce financement sera consacré à la mise en place des nouveaux bureaux d’Opera et à la création de services à valeur ajoutée dans le pays.

De manière globale, Opéra indique vouloir faire de l’Afrique un continent connecté, à l’exemple du modèle rwandais présenté en exemple. En effet, le Rwanda est aujourd’hui considéré comme une start-up nation et Kigali, sa capitale, comme une ville intelligente, totalement connectée à Internet.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez gratuitement des idées d’affaires et études de marché