Mi Nafa, une fintech basé au Burkina Faso, est la seule start-up d’Afrique francophone au sud du Sahara, qui figure parmi les 20 entreprises présélectionnées par le groupe bancaire panafricain Ecobank, dans le cadre de son concours fintech lancé début 2017. L’autre fintech francophone retenue dans ce cadre est l’algérienne Payvite.

Sans grande surprise, les projets nigérians ont été les plus nombreux (8 au total), suivis des projets venus du Kenya (5), du Ghana (4) de l’Afrique du sud (1) et des USA (1). Ces entreprises présélectionnées seront officiellement présentées le 21 juin, lors d’une cérémonie officielle à Lome au siège du groupe bancaire.

Selon l’information qui avait annoncé ce concours, elles bénéficieront d’un accompagnement global de 500 000 $. Les projets les plus viables seront commercialisés à travers le réseau des filiales du groupe togolais qui est présent dans 33 pays africains. Dans le même sens, les candidats aux produits les plus performants seront aussi introduits dans le réseau plus large d’Ecobank, qui couvre celui de ses actionnaires principaux dont le Sud-africain Nedbank et le Qatari Qatar National Bank.

Mi-Nafa qui fait partie des élus, est une plate-forme qui permet aux banques d’accorder et de surveiller les microcrédits facilement et rapidement tout en réduisant les coûts opérationnels. La start-up place ainsi le mobile au cœur de sa technologie, en reliant les banques aux clients via une application, permettant à tous les Africains d’accéder à une offre interactive et innovante de services financiers.

Difficile de savoir si la fintech burkinabé dominera ses autres concurrentes. Cette dernière a dans tous les cas, de bonnes chances de séduire, car sa solution de technologie bancaire, apporte une réponse à la volonté des banques d’adresser des produits, à des clients difficiles à évaluer et pourrait permettre au groupe de réaliser au moins trois objectifs : l’amélioration de l’inclusion financière, en touchant un grand nombre de personnes, l’élargisseement de sa clientèle et l’augmentation de ses revenus.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez