Malgré une légère hausse du commerce en Afrique, le continent peine à marquer le pas. Fondé par Idrissa DIALLO, MAKITI est un réseau d’achat collaboratif B2B destiné aux commerçants et industriels africains. La plateforme a pour objectif d’encourager le commerce en Afrique et de faciliter les échanges commerciaux entre les fabricants internationaux et les commerçants du continent. AfrikaTech est allé à la rencontre de son fondateur.

 

AfrikaTech : Peux tu te présenter toi et ton parcours ?

Idrissa DIALLO : Je m’appelle Idrissa DIALLO, j’ai 31 ans, je suis diplômé en achats internationaux.

En 2012 j’ai été embauché chez ALSTOM à Valencienne puis j’ai été muté aux États-Unis en 2013 où j’étais en charge des achats d’équipements électriques pour l’Amérique du Nord.

Après 3 ans chez Alstom, je suis rentré en France pour intégrer une filiale du groupe TOTAL œuvrant dans  les énergies renouvelables pour notamment développer ce secteur en Afrique.

 

A.T : Comment es tu devenu entrepreneur ?

Ayant développé mes compétences en achat et commerce international, j’ai décidé d’entreprendre et de créer NAANGEY ENERGY pour aider les industriels africains à réduire leurs coûts en énergie grâce à l’installation de mini-centrales hybrides.

Suite à cette expérience, j’ai créé le réseau MAKITI, un réseau d’achat B2B collaboratif africain car je suis persuadé que notre avenir est sur ce continent. Nous devons aider les acteurs économiques locaux à optimiser leurs dépenses pour mieux réinvestir sur le continent et créer des emplois.

 

A.T : Quelles sont les objectifs et missions de MAKITI ?

I.D : MAKITI est un réseau d’achat collaboratif destiné aux commerçants, industriels et aux membres de la Diaspora africaine. Nous proposons un système d’adhésion offrant de nombreux avantages aux membres du réseau : il leur donne accès à des prix de groupement, une multitude de produits de grande qualité parmi 5 grandes familles :

  • Grande consommation
  • Outillages et Protections
  • Industriel et tertiaire
  • Matériaux Électriques
  • Matériaux de Construction

 

MAKITI c’est aujourd’hui plus de 20 partenaires fabricants internationaux présents en France, Europe, Chine, Indonésie, Inde, Émirats Arabes Unis, Grèce, Turquie qui nous font confiance, plus de 10 000 références accessibles grâce au travail de nos équipes. Pour 2019, nous avons comme objectif d’avoir plus de 50 adhérents B2B, 250 000 références et 100 partenaires internationaux qualifiés avec lesquels nous sommes d’ores et déjà en discussion pour conclure des partenariats stratégiques. Nous allons dans un premier temps développer le réseau au Sénégal, en Guinée et au Burkina Faso.

 

Étant un réseau collaboratif, nous sommes en pleine réflexion afin de voir comment nous pourrions associer nos adhérents en leur donnant la possibilité de devenir actionnaires du réseau MAKITI. Nous souhaitons absolument renforcer leur implication dans le réseau et le faire grandir afin d’apporter des solutions de qualité sur le continent.

 

A.T : Quel est le problème résolu par le réseau MAKITI ?

I.D : En Afrique, la distribution est majoritairement informelle. Grâce au réseau MAKITI, nous pouvons regrouper les acheteurs africains pour ainsi structurer les échanges et renforcer la confiance des fournisseurs/fabricants internationaux sur le continent.

Nous aimons dire que nous sommes un réseau phygital (physique car nos membres nous permettent rapidement d’avoir des points de ventes partout dans sur nos marchés cibles et digital grâce au site e-commerce B2B qui donne une visibilité mondiale à notre force de distribution. Cette combinaison des deux canaux de distribution facilite l’accès à des produits de qualité en réduisant le nombre d’intermédiaires. Nous sommes sur un modèle F2S « Factory to Store ».  

MAKITI est la liaison centrale entre les fabricants internationaux et les acheteurs africains. Nous souhaitons apporter un nouveau service sur le continent pour ainsi créer des emplois et aider les entrepreneurs locaux à saisir des opportunités d’affaires qui s’offrent à elles.

 

A.T : Quel est le business model ?

I.D : Notre business model est basé sur un système de droit d’entrée, chaque membre paiera un droit d’entrée mensuel au réseau pour avoir accès aux services et aux prix exclusifs. Nous gérons toute la chaîne de valeur, de l’identification du fournisseur et de l’audit industriel jusqu’à la livraison au port le plus proche sur le continent.

 

A.T : Comment as-tu eu l’idée pour créer ton entreprise ?

I.D : A force de voyager sur le continent, plusieurs commerçants pensent que mon profil hybride serait une réponse à un problème qu’ils rencontrent au quotidien. Ils sont aujourd’hui très limités en terme de références à proposer car leurs gammes de produits ne sont pas assez profondes ou diversifiés et les produits importés dans leurs pays proviennent principalement de Chine ou d’Inde et ne sont pas de bonne qualité.

Nos adhérents voient arriver activement des acteurs du E-commerce ou de la grande distribution physique tel que Auchan au Sénégal et ils ont vite compris que cela ne va pas améliorer leur développement sur le continent. Suite à ce constat nous avons réfléchi à une solution qui leur permettra de rester indépendants dans leurs affaires mais performants dans leurs activités.

Notre union au sein de MAKITI fait la force de nos adhérents et renforce la confiance de nos partenaires.

Pour nos partenaires, MAKITI leur permettra d’atteindre rapidement des clients B2B de confiance sur le continent. Cette organisation « Factory to Store » devrait être l’une des réponses à la réduction des prix locaux, pour ainsi permettre de redonner du pouvoir d’achat aux consommateurs.

 

A.T : Peux-tu présenter ton équipe ?

I.D : Notre équipe est composée d’un pôle marketing et communication en charge de garantir la visibilité du réseau MAKITI et de maintenir l’image de confiance que nous défendons et d’une équipe technique s’occupe de développer la plateforme et garantit un système performant aux membres.

Nous réfléchissons quotidiennement à développer de nouvelles fonctionnalités qui faciliteront le développement de leurs structures. Je m’occupe au quotidien du développement commercial de l’entreprise et de la mise en place des partenariats avec les fabricants.

 

A.T : Quelles sont les prochaines étapes ?

I.D : Les prochaines étapes sont principalement lié à notre objectif d’investir davantage dans la prospection commerciale et le marketing afin de faire connaître le réseau à un grand nombre d’entrepreneurs. Nous recrutons actuellement 10 commerciaux au Sénégal et en Guinée afin d’accélérer notre développement local. L’objectif étant d’être une vingtaine de salariés d’ici la fin d’année 2019.

MAKITI accompagnera également ses adhérents industriels dans l’exportation de leurs produits en Afrique et vers l’Europe.

 

A.T : De quoi as-tu besoin et comment AfrikaTech peut t’aider ?

I.D : À l’heure d’aujourd’hui, le projet est ambitieux, et nous sommes à la recherche de talents qui souhaitent développer le continent à nos côtés. Nous sommes également en recherche active de fonds pour nous permettre de proposer plus de choix de produits à nos adhérents. AfrikaTech nous permet d’avoir une visibilité à travers votre audience et cela nous aidera dans l’atteinte de nos cibles sur le continent.

 

A.T : Quels sont les contacts de l’entreprise ? Site web, email, Portable/WhatsApp, liens vers les réseaux sociaux ?

Site vitrine: https://makitiafrica.com/

Site marchand: https://shop.makitiafrica.com/

Email: commercial@makitigroup.com

WhatsApp : +33 7 67 26 06 15

Linkedin: MAKITI

Facebook: Makiti Africa

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

49 Partages
Partagez49
Tweetez
Partagez
+1