Le gouvernement de Côte d’Ivoire vient d’ajouter une nouvelle pierre à l’édification d’un environnement favorable à l’essor de son économie numérique. Après le fonds de 500 millions Fcfa pour soutenir les projets TIC, annoncé le 15 février 2016 par Bruno Nabagné Koné (photo), le ministre de l’Economie numérique et de la Poste,  le pays vient de se doter d’une fondation qui encadrera les jeunes innovateurs TIC.

Ladite fondation, fruit de la collaboration du gouvernement ivoirien avec Microsoft et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), est dénommée « Smart-Up ». Elle a été installée au Village des technologies de l’information et de la biotechnologie (VITIB), à Grand Bassam, le 31 mars 2016. Elle a pour mission la détection et l’incubation, sur deux ans, de projets innovants, à fort potentiel économique et créateurs d’emplois. Pour le démarrage du projet, rapporte le journal Le Patriote, 50 jeunes promoteurs ont été sélectionnés sur les 200 retenus parmi 800 candidatures. Ils constituent « la première pépinière de projets TIC conçus par des intelligences locales », a expliqué Bruno Nabagné Koné.

S’adressant aux premiers bénéficiaires de l’encadrement de «Smart-Up», le ministre de l’Economie numérique et de la Poste a déclaré : « Nous allons tout mettre en œuvre pour vous accompagner, mais vous devrez faire votre part. Vous êtes tenus de produire des résultats tangibles et concrets. Vous devrez vous montrer dignes de la confiance qui vous est faite, par votre sérieux, par votre régularité, par votre engagement à réussir votre projet. L’accompagnement financier dont vous bénéficierez ne doit pas être perçu comme un simple don (…), mais comme un levier pour le développement du numérique dans notre pays ».

Source: agenceecofin

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.