Les initiatives entrepreneuriales se multiplient en France au sein de la diaspora africaine. Face à cet engouement, des dispositifs de formation et d’accompagnement se créent et se structurent. Qu’ils soient éphémères ou de longue durée, leur objectif est d’accompagner les porteurs de projet et de susciter l’envie d’entreprendre pour celles et ceux qui auraient encore des doutes.

 

Des associations qui initient à l’entrepreneuriat

Des journées d’initiation sont organisées par des associations qui dispensent les éléments de base de la création d’entreprise. Au cours de ces sessions, le choix du statut juridique de la société à constituer pour le produit ou service proposé, le modèle économique de l’entreprise et la recherche de financement sont évoqués, de même qu’un panorama des nombreuses fonctions et tâches remplies quotidiennement par l’entrepreneur. Les participants sortent informés du challenge que représente cette aventure individuelle, et peuvent même être invités à s’essayer au pitch.

 

Lire aussi : Entreprendre : comment se donner les moyens de réussir en Afrique

 

Susciter l’envie d’apprendre en Europe et en Afrique

Forte de son pédigré culturel, cette diaspora entreprenante se tourne également vers les opportunités offertes par ses différents pays d’origine.

Ainsi, diverses associations proposent des formations s’inscrivant dans la double perspective pour le porteur de projet de s’implanter en France et/ou en Afrique.

Initiative For Africa (IFA) s’inscrit dans cette démarche. Ses Incubateurs Express organisés une fois par semestre sont l’occasion pour les futurs entrepreneurs de bénéficier du conseil de professionnels du milieu des affaires le temps d’une journée bien remplie. Mais le plus gros de l’action de cette organisation dynamique est en Afrique !

Avec son concours annuel baptisé Africa Startup Tour, IFA entend accompagner la jeunesse africaine entreprenante et à l’aise avec l’outil numérique vers la réussite de ses projets. Au cours de quatre journées intensives, les participants sélectionnés trouvent l’occasion de mûrir leur idée sous l’œil avisé de mentors ayant répondu présents à cet événement où le partage d’expériences occupe une place importante.

 

Lire aussi : Rencontre avec Jean Koïvogui, co-fondateur de Geonav&Venture

 

Des structures qui ouvrent la voie vers l’entrepreneuriat à l’international par le biais de leurs réseaux

 

D’autres types de structures se joignent au mouvement et offrent un accompagnement tout au long de la création d’entreprise au sein d’incubateurs dédiés, à l’instar de Bond’Innov, qui se présente comme le premier et le seul incubateur francilien d’innovation spécialisé dans l’entrepreneuriat avec les pays du Sud. La structure installée à Bondy, dans le département de la Seine-Saint-Denis, propose une incubation d’une durée maximum de deux ans et met à disposition des entrepreneurs en herbe son réseau d’appui à l’innovation et à la recherche publique partout dans le monde. En ce qui concerne le nerf de la guerre, Bond’Innov dispose de plateformes de financement privées et publiques et propose, par conséquent, un accès privilégié à ces sources financières.

En bref, de la maturation de l’idée à sa mise en œuvre, ces associations de la diaspora ont compris les motivations de leurs membres et ont cerné les enjeux de ce phénomène. L’insertion professionnelle par la voie de l’entrepreneuriat, la volonté de contribuer au développement économique de son pays, ou encore le désir de liberté sont autant de raisons qui suscitent l’enthousiasme de celles et ceux qui veulent emprunter le chemin de la création d’entreprise.

Anna Bazile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

525 Partages
Partagez525
Tweetez
Partagez
+1