Le continent africain abrite de nombreuses ressources culturelles et naturelles propices au développement du secteur touristique. Cependant son potentiel est peu exploité. Ce secteur d’activité est principalement considéré comme un levier majeur de développement des populations. Bon nombre d’États y voient également une alternative de développement économique. Les recettes touristiques représentent une source de revenus non négligeables pour l’Afrique.

Le secteur touristique en Afrique

Grâce à son dynamisme, le continent africain connaît une hausse régulière de sa fréquentation touristique. Désormais, l’Afrique se positionne en seconde destination touristique mondiale, elle est devancée par l’Asie du Sud-Est. Son objectif ? « Libérer le potentiel touristique de l’Afrique ».

 

Les pays plébiscités par les touristes ? Le Maroc, l’Égypte et l’Afrique du Sud qui enregistrent près de 10 millions de visiteurs par an, suivis de la Tunisie et du Zimbabwe.

 

La croissance du tourisme implique des revenus supplémentaires : les dépenses des touristes pour leur hébergement, les boissons, la nourriture, les divertissements, etc.  Ces recettes supplémentaires avoisinent les 48 milliards de dollars.

 

L’organisme britannique « World Travel & Tourism Council (WTTC), » assure que le tourisme international représente 8,1 % du PIB africain. Ce secteur dynamique a également permis de créer des emplois : personnel aérien, guides, interprètes, etc. Plus de 20 millions de personnes travaillent dans le secteur du tourisme, ce qui représente 7,1 % des emplois en Afrique.

 

Quel que soit le type de pays, le tourisme joue un rôle important dans le PIB. Le Cap-Vert, par exemple, bénéficie de 30 % de PIB issu du secteur touristique. Ces chiffres s’expliquent en partie par les évènements sportifs et les forums qui se déroulent désormais davantage en Afrique.

 

Quant au tourisme inter-Afrique, il demeure toujours très marginal. Cela s’explique notamment par les problèmes liés à l’obligation de posséder un visa se déplacer d’un pays africain à un autre. La Banque africaine de développement souligne l’importance de créer un passeport commun à l’ensemble de l’Afrique.

À cette problématique s’ajoute celle du manque de données fiables. Pour pallier à ce problème la BAD a mis en place le Portail de données sur le tourisme en Afrique qui permet aux professionnels du tourisme d’accéder à des données touristiques nationales et internationales. Sans compter les difficultés à effectuer des trajets aériens directs entre des pays proches voire limitrophes.Pour doper le tourisme à l’intérieur de l’Afrique, les TIC doivent jouer un rôle majeur.

 

L’exploitation de l’industrie touristique permettrait à l’Afrique de rivaliser avec les zones les plus touristiques du monde. Néanmoins pour y parvenir les gouvernements nationaux doivent collaborer avec les différents acteurs du secteur privé impliqués dans l’optique d’abolir les obstacles qui freinent le développement du tourisme. Il est indispensable que l’Afrique puisse développer des opportunités touristiques, dynamiser la création d’emplois et transformer le paysage économique.

Quels sont les obstacles qui empêchent l’essor du tourisme ?

Il existe différents types d’obstacles au tourisme sur le continent africain. L’une des raisons principales concernent les difficultés à voyager à l’intérieur de l’Afrique associées à des coûts relativement élevés.

 

Le développement du secteur touristique est également entravé par une absence de politiques incitatives dédiées, des infrastructures insuffisantes et obsolètes, un manque de coopération régionale et des problèmes sanitaires récurrents à l’instar de la fièvre Ebola dont a été victime l’Afrique de l’Ouest.

 

De plus, depuis 2013, le secteur touristique souffre d’un climat d’insécurité exacerbé depuis 2013, comme au Kenya, en Côte d’Ivoire ou au Mali. Le Département d’État américain a émis un avertissement de voyage pour 80 pays, 30 d’entre eux sont africains.

Vers une simplification de la procédure d’obtention de visas ?

Depuis quelques années, différentes initiatives ont été mises en place pour inciter les touristes à se rendre sur le continent africain. Il s’agit notamment de la simplification des procédures pour obtenir un visa. Désormais, il suffit de disposer d’un seul visa pour voyager dans l’espace de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Cette mesure permet également de souligner la coopération régionale qui s’est instaurée entre les différents pays concernés.

 

De plus, le visa « Kaza » permet aux touristes de visiter à la fois le Zimbabwe et la Zambie. Par ailleurs, la Communauté d’Afrique de l’Est a également initié la création d’un visa commun entre le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda. Ces programmes de facilitation sont sources de création d’emplois. Ils permettent également de générer des revenus supérieurs à ceux obtenus avant la mise en place de ces nouvelles procédures.

 

Malgré une augmentation du tourisme international en Afrique, le continent ne représente à l’heure actuelle que 5,8 % des arrivées touristiques et 3,5 % des recettes issues du secteur touristiques  à l‘échelle mondiale. Ce secteur d’activités dispose donc d’un fort potentiel de croissance associé à des retombées économiques importantes.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Téléchargez des études de marché par secteurs et pays pour investir en Afrique

Téléchargez des études de marché

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez