Ce qui n’était jusqu’à hier qu’une rumeur est désormais une quasi-vérité. Selon le directeur général de la Société publique de gestion des actifs qui détient 79,3% de participation dans le capital de Peugeot Nigéria, il ne manquerait plus que l’approbation de la Banque centrale pour boucler le rachat de l’usine par l’ogre nigérian.

Aliko Dangote est près de réaliser son vœu de voir l’usine nigérienne de Peugeot sur la liste des entreprises de son géant groupe. La société publique de gestion des actifs au Nigéria, plus connue sous l’acronyme d’AMCON, avait en effet annoncé mi-janvier 2016 son intention de céder les 79,3% de participation qu’elle détient dans le capital de Peugeot Automobile Nigeria (PAN), une usine d’assemblage d’une capacité de 240 véhicules/jour. Une offre à laquelle s’est alors intéressé Dangote qui s’allie dans ce rachat avec les Etats (nigérians) fédérés de Kaduna et de Kebbi, ainsi que la Banque de l’Industrie.

Mais rien n’a encore filtré sur cet important deal, encore moins sur le montant de la transaction. Ce dimanche, le directeur général d’AMCON, Ahmed Kuru, a déclaré à l’agence de presse Reuters :

«Tous les processus sur les offres sont bouclés depuis environ deux mois. Tout ce que nous attendons maintenant est l’approbation de la banque centrale».

Selon Kuru, le constructeur automobile vaudrait quelque 15 milliards de nairas, soit 49 millions de dollars, selon sa dernière évaluation.

Une usine de 45 ans

Pour l’histoire, Peugeot Automobile Nigeria était initialement un investissement commun entre le groupe français et le gouvernement du Nigéria, il y a près de 45 ans. Pendant la dernière décennie, l’entreprise a connu un grand nombre de difficultés, dont la forte concurrence avec les marchés de l’import de voitures d’occasion, ainsi que l’arrêt de la production de la fameuse 504. Ce qui a entraîné une accumulation de dettes et contraint le gouvernement à quitter le tour de table au profit d’investisseurs privés nationaux. AMCON, une structure mise en place en 2010 pour justement sauver le système bancaire par le rachat de dettes non performant de 4 milliards de dollars à 9 banques, avait été sollicitée pour racheter les actifs toxiques de l’entreprise et une part de capital.

Après les matériaux de construction, l’agro-industrie, Dangote rajoute l’automobile à son portefeuille d’activités. Rappelons qu’en janvier,Dangote Group of Companies a annoncé la mise en place d’une usine d’assemblage de camions de 100 millions de dollars à Lagos, en partenariat avec l’un des plus grands groupes industriels chinois. Rajoutant à cela une raffinerie, ainsi que des usines pétrochimiques et d’engrais qui ont nécessité un investissement de 17 milliards de dollars et qui seront inaugurés au cours de cette année

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez