Dans les années 1980, le Cameroun fut l’un des pays les plus prospères du continent africain. Aujourd’hui il présente une économie fragilisée depuis deux événements majeurs qui ont déstabilisé le pays. Il s’agit de la fluctuation des cours du pétrole et produits de rente, la baisse de la production pétrolière en 1986 d’une part, d’autre part, il s’agit des chocs politiques liés à la succession du Président sortant M. Ahidjo par M.Paul Biya en 1987. Voilà l’environnement dans lequel le Cameroun a évolué sans pour autant aujourd’hui pouvoir se relever complètement. Là, intervient la tendance du siècle : “l’entrepreneuriat”. Ainsi, L’entrepreneuriat au Cameroun est présentée comme étant la solution dans une économie saturée. Elle est présentée comme créatrice d’emplois en plus d’activités économiques. Cependant quelle est aujourd’hui le degré d’applicabilité de cette question dans le champs socio culturel, économique et politique du Cameroun ? Pourquoi peine-t-elle à se développer ? 

Les obstacles liés à l’environnement institutionnel

En 2016, l’Institut National des Statistiques aurait publié une enquête sur les obstacles à l’entrepreneuriat. La fiscalité se met en tête avec un peu plus de 53 %. En effet les opérateurs économiques pensent que la fiscalité est le premier frein au Cameroun de l’entreprenariat. Sans entrer dans les détails, notamment d’une fiscalité souple au niveau des entreprise individuelles contrairement a la SARL, les camerounais pensent à plus de 53 % que, globalement, les règles fiscales mises en place freinent aujourd’hui les initiatives de création d’activités économiques. Ensuite le second obstacle avec de 34,2% serait les “tracasseries avec les agents de la mairie ou de la communauté urbaine”. Évoquer cet obstacle ne nécessite pas forcément d’avoir fait les bancs contrairement au premier. Ainsi, si toucher du doigt les défis de la fiscalité nécessite un minimum de maîtrise de celle ci, le comportement et la méthode des agents administratifs n’en a pas l’exigence. Dès lors, la plupart des africains évoquent ce problème concernant les agents administratifs qui ne présenteraient pas de rigueur dans leur travail. Cela se manifeste par un manque de professionnalisme, de ponctualité, de sérieux. Tout un ensemble qui peut avoir une incidence dans le traitement des dossiers en question et même dans l’après. 

Un manque de financement : un véritable problème ?

Le financement ! Cet expression est sur la bouche de tous les entrepreneurs. Il ne serait pas facile pour les entrepreneurs de trouver des financements et cela malgré tous les plans de financement institutionnels ou privés qui existent. Cela entend dire que la question est toute autre. En effet le véritable problème ne semble pas, en tout cas plus, être le manque de financement mais bien l’acces a se dit financement. En d’autres termes, tous les plans de financements requièrent des conditionnalités et des procédures à suivre. Par exemple, le document de base d’un projet d’entreprenariat est le business plan. Ce document est demandé lors de ces plans de financements et programmes d’incubation. Cependant très souvent, les candidats peuvent avoir un bon projet mais ne pas présenter des dossiers bien faits, qui illustrent a la perfection leur entendement de leur projet. 

 

C’est alors en 2016, qu’a été lancé le Le projet de promotion de l’entrepreneuriat auprès des jeunes du Cameroun. Cette initiative est une réponse à toutes ces hésitations des jeunes et un accompagnement pour dépasser les appréhensions et tous ces obstacles précités.

Lire aussi : https://www.afrikatech.com/fr/entreprendre/entrepreneuriat-quand-le-cameroun-domine-le-monde/

Autre : https://journals.openedition.org/apad/4008

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez