C’est quoi la fintech ?

La technologie financière encore dénommée fintech est une nouvelle forme d’industrie financière qui déploie la technologie en vue d’améliorer les activités financières. Le terme fintech est ainsi utilisé pour désigner une entreprise qui œuvre dans ce domaine ou secteur d’activité.

Les fintech sont généralement des start-ups qui maîtrisent bien les technologies de l’information et de la communication, qui essayent de se faire une place et tentent de capter les parts de marché des grosses entreprises en place qui peuvent être parfois peu innovantes ou en retard dans l’adoption des nouvelles technologies.

Dans quels secteurs d’activités intervient la fintech, et son introduction en Afrique ?

La technologie financière a été utilisée pour automatiser les activités d’assurance, de trading et de gestion des risques. Les services peuvent provenir d’une collaboration entre divers fournisseurs de services indépendants dont l’un au moins doit être une banque ou un assureur agréé. Cette interconnexion a été rendue possible grâce à l’émergence des applications ouvertes et à l’ouverture du système bancaire, et elle s’appuie sur les services de paiement, sur des marchés de capitaux, de plateformes de trading électroniques innovantes facilitant les transactions en ligne en temps réel.

Quels services propose-t-elle ?

Les types de services communément retrouvés dans les fintech sont entre autres:

  • Le financement participatif et les cagnottes en ligne
  •     Les crypto-monnaies
  •     Le paiement mobile
  •     La banque en ligne

Dans cette mouvance de mondialisation et de vulgarisation de la fintech, les pays africains se sont ouverts à la donne afin de faciliter la vie de leurs compatriotes. D’après le Global Fintech Index City Ranking 2020, l’Afrique compte aujourd’hui quelques-uns des hubs de la fintech les plus dynamiques au monde.

Des paiements mobiles, crédits numériques et de la crypto-monnaie à la place des cartes en plastique et des agences bancaires. C’est là le choix fait par certains pays africains.

Depuis une dizaine d’années déjà, la finance digitale s’est fait une bonne et importante place sur le continent. En quelque clics sur leurs téléphones, urbains, ruraux, riches et modestes peuvent payer leurs factures et faire des mouvements financiers, qu’il aient ou pas de compte bancaire. Preuve de cet engouement, en 2018, l’Afrique subsaharienne était responsable de 45,6% des mouvements d’argent mobile dans le monde, pour des transactions estimées à plus de 300 milliards de dollars.

Grâce aux nouvelles technologies, certaines villes africaines ainsi rivalisent désormais avec les places financières des pays avancés.

En Afrique l’émergence des fintech bouscule les habitudes. Une manière innovante de contourner les coûts excessifs des fameux Cash to Goods et grâce à l’utilisation d’un téléphone mobile et d’une pièce d’identité à jour.

10 fintech prometteuses en Afrique

Plusieurs fintech se sont distinguées ces dernières années à l’instar de :

1.   SOKOWATCH

Lancé en 2013, SOKOWATCH accroît la disponibilité des biens de consommation courante en permettant aux petites boutiques de passer des commandes auprès de divers fournisseurs multinationaux à tout moment via SMS. Les commandes sont ensuite traitées via le système de SOKOWATCH pour informer les agents de livraison à proximité, qui livrent ensuite les commandes passées dans les 24 heures.

2.   SKY GARDEN

SKY GARDEN est une plate forme Saas (Software as a service) pour le commerce mobile qui est spécialement conçue pour les entreprises africaines dans les premiers jours de l’adoption des transactions en ligne, offrant un marché facile d’accès, permettant aux commerçants informels, PME et entreprises établies de vendre leurs produits.

3.   INTEL WORLD

Intel World en Ouganda a développé une plateforme de commerce mobile appelée Xente, qui permet aux clients du monde entier d’acheter des produits auprès des commerçants ougandais, avec des options de paiements instantanés, différés, ou en plusieurs versements avec des cartes ou d’argent mobile.

4.   SUN EXCHANGE

SUN EXCHANGE permet aux utilisateurs de financer des projets solaires en Afrique en utilisant le Bitcoin, en augmentant la transparence et en réduisant le coût des transactions transfrontalières.

5.   TUPUCA

TUPUCA est une entreprise angolaise qui a développé une plateforme de livraison d’aliments en Angola, permettant aux utilisateurs de commander depuis plusieurs restaurants directement à partir de leurs smartphones.

La société compte actuellement 120 restaurants inscrits à la plateforme.

6.   RELEAF

RELEAF alimente les ventes de produits agricoles avec  son marché de trading numérique. Le concept derrière Releaf tourne autour de la construction de la confiance entre les différentes parties prenantes de l’agro-industrie, permettant aux vendeurs enregistrés de soumissionner pour des contrats d’acheteurs vérifiés.

7.   CELLUANT

Lancée comme une entreprise de sonneries de musique qui aidait les musiciens à gagner une part de l’argent versé par les mélomanes pour accéder à leurs chansons préférées, celluant est aujourd’hui focalisée sur les paiements. Elle offre deux solutions pour faciliter les paiements et une plateforme intelligente pour contrats, paiements et marketplace basés sur la blockchain. Leurs solutions servent notamment aux agriculteurs non bancarisés des zones rurales d’Afrique.

8.   JUMO

Jumo a pour objectif de fournir des services financiers aux africains exclus de l’accès au financement ou mal / peu desservis par les institutions bancaires traditionnelles.

C’est une entreprise B2B qui a construit une plateforme évolutive et automatisée basée sur une architecture de micro-services. Ils se servent ainsi de technologie prédictive pour bâtir une base de données comportementales, que ce soit pour les opérateurs de réseaux mobiles ou des fournisseurs de services financiers, entre autres.

9.   PAGA

PAGA permet à ses utilisateurs de combiner les ressources de tous leurs comptes et cartes bancaires en un seul endroit : le porte-monnaie Paga. La fintech permet ainsi à ses utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent par voie numérique.

10.       OneFi

Via son application Carbon, OneFi permet à ses utilisateurs de bénéficier de petits prêts rapides et d’autres services financiers, comme le règlement des factures, les paiements, les prêts instantanés ou encore les rapports de crédit. L’application cible les particuliers nigérians non bancarisés ou mal desservis, les aidant notamment à couvrir les besoins urgents de liquidités ou les dépenses imprévues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cliquez ici pour télécharger des études de marché par secteurs en Afrique

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez